Sur les traces de saint Paul

Aujourd'hui en France - - LE GUIDE DE VOTRE DIMANCHE -

SE­LON LA LÉ­GENDE, saint Paul au­rait fait nau­frage à Malte, en l’an 60, alors qu’il na­vi­guait vers Rome. Il y au­rait réa­li­sé plu­sieurs mi­racles : c’est à lui que l’on de­vrait l’ab­sence de ser­pents ve­ni­meux sur Malte ! Il est un fait : la fi­gure de saint Paul hante en­core les deux villes ju­melles char­gées d’his­toire du centre de la très ca­tho­lique île, Ra­bat et Mdi­na.

Dans la pre­mière, ho­mo­nyme de la ca­pi­tale du Ma­roc, di­rec­tion le mu­sée Wi­gna­court, qui porte le nom d’un an­cien grand maître de l’ordre de Malte. On y ad­mire la col­lec­tion d’ob­jets d’art et re­li­gieux que l’homme d’Eglise avait ac­cu­mu­lés et d’autres ac­qui­si­tions ré­centes, dont un po­lyp­tyque de saint Paul. Mais c’est sur­tout au sous-sol que ça se passe, dans la grotte de… SaintPaul. C’est là que le fu­tur mar­tyr au­rait vé­cu du­rant trois mois après son nau­frage et com­men­cé à prê­cher. Le site est de­ve­nu un lieu de pè­le­ri­nage au dé­but du XVIIe siècle. Les fresques co­lo­rées ont presque to­ta­le­ment dis­pa­ru, et l’en­droit reste sombre et hu­mide. A vous d’ima­gi­ner le pè­le­rin contem­po­rain de Jé­sus qui y dor­mait peut-être tous les soirs… Ce qui est sûr, c’est que la grotte voi­sine avec des ca­ta­combes et des abris qui ont ser­vi lors des bom­bar­de­ments de la Se­conde Guerre mon­diale.

Mdi­na, un mu­sée à ciel ou­vert

Re­tour à la sur­face, pour un pe­tit dé­tour par l’église… Saint-Paul (avec une pein­ture mon­trant le nau­fra­gé mor­du par un ser­pent), qui pos­sède elle aus­si son ac­cès à la grotte Saint-Paul, ain­si qu’aux ca­ta­combes… de Saint-Paul : une im­pres­sion­nante nécropole chré­tien- ne et ro­maine da­tant des IVe et Ve siècles, donc beau­coup plus tar­dive que le prê­cheur, mais dont l’his­toire est en re­vanche so­li­de­ment do­cu­men­tée.

Di­rec­tion main­te­nant Mdi­na, à dix mi­nutes à pied, ceinte de ses for­ti­fi­ca­tions. C’est un en­chan­te­ment de se pro­me­ner dans ce mu­sée à ciel ou­vert, ses ruelles étroites où, à chaque coin de rue, at­tend un mo­nu­ment. Et saint Paul alors ? Eh bien, il est le pa­tron de la ca­thé­drale de la ville, un des plus beaux exemples d’ar­chi­tec­ture ba­roque de l’île. En fait, il s’agit d’une re­cons­truc­tion sur une an­cienne église ro­mane, en grande par­tie dé­truite par le trem­ble­ment de terre de 1693. C’est dans l’une des rares par­ties qui ont sub­sis­té que se cache une pein­ture re­pré­sen­tant… saint Paul nau­fra­gé. La boucle est bou­clée.

à Ra­bat, ou­vert tous les jours de 9 h 30 à 17 heures. En­trée : 5 €. www.wi­gna­court­mu­seum.com. Ca­thé­drale Saint-Paul, à Mdi­na, ou­verte du lun­di au ven­dre­di de 9 heures à 14 heures, le sa­me­di de 9 heures à 13 heures.

Mdi­na. La ca­thé­drale Saint-Paul.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.