ÊTES-VOUS PRÊT À PAYER PLUS CHER DES PRO­DUITS ÉQUI­TABLES ?

Aujourd'hui en France - - ÉCONOMIE - PRO­POS RE­CUEILLIS PAR OLI­VIER FRAN­ÇOIS

Oui,

d’ailleurs, j’achète dé­jà du ca­fé équi­table dans les grandes sur­faces. Je vois ces ini­tia­tives d’un bon oeil. J’ai quand même tou­jours un doute, je me de­mande si c’est bien fait dans les règles. D’un point de vue per­son­nel, je pense qu’il est im­por­tant de pri­vi­lé­gier ce sys­tème, no­tam­ment pour les fruits et les lé­gumes.

Ce­la dé­pend du prix.

S’il y a beau­coup d’écart, si c’est vrai­ment plus cher, je ne le fe­rai pas. Mais, dans l’en­semble, je trouve que c’est une bonne chose. Il m’ar­rive d’ache­ter des pro­duits du com­merce équi­table. Je re­garde bien sûr la pro­ve­nance des pro­duits, mais ma prio­ri­té c’est vrai­ment le porte-mon­naie.

Je suis prête à dé­pen­ser un peu plus

si je suis per­sua­dée que les sous iront bien au com­merce équi­table. Je re­garde les émis­sions qui traitent de ce su­jet lors­qu’elles passent à la té­lé­vi­sion. Si les pro­duits équi­tables sont ven­dus de­main en grande sur­face, ce se­ra en­core plus in­té­res­sant.

Oui, je pour­rais payer un peu plus

pour ça. Si ce sys­tème peut sou­te­nir les agri­cul­teurs qui ont du mal à être cor­rec­te­ment ré­mu­né­rés pour leur tra­vail, je trouve que c’est bien. Après, il faut quand même re­gar­der d’où ça vient et à qui ce­la pro­fite vrai­ment. Les éti­que­tages ne nous ren­seignent pas tou­jours bien.

Bap­tiste Spa­gno­li 23 ans, étu­diant VER­SAILLES (78)

Sa­mia Thiais 40 ans, com­mer­ciale THIAIS (94)

Baya Par­tu­la 44 ans, as­sis­tante fa­mi­liale GA­RENNES-SUR-EURE (27)

Eliane Billault 62 ans, agent comp­table FON­TE­NAY-SOUS-BOIS (94)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.