Tou­louse se des­sine un ave­nir

Aujourd'hui en France - - TOP 14 RUGBY - DE NOTRE COR­RES­PON­DANT VINCENT PIALAT À TOU­LOUSE (HAUTE-GARONNE)

Le Stade tou­lou­sain a fait vo­ler en éclats une triste équipe pa­ri­sienne. De quoi re­don­ner le mo­ral à des Rouge et Noir trau­ma­ti­sés par leur 12e place la sai­son der­nière.

POUR UN PEU, on se se­rait cru re­ve­nu quelques an­nées en ar­rière. Une vic­toire jo­li­ment fi­ce­lée, de nom­breux es­sais (7) et des joueurs ac­cla­més de­bout à leur sor­tie du ter­rain. Le Stade tou­lou­sain a confir­mé son bon dé­but de sai­son en sur­clas­sant de pauvres Pa­ri­siens (53-17). Mais seule­ment 13 000 paires d’yeux ont as­sis­té à ce beau spec­tacle, quand ce clas­sique du rug­by fran­çais at­ti­rait plus de 30 000 per­sonnes au plus fort de la ri­va­li­té entre le Ca­pi­tole et la ca­pi­tale, rap­pe­lant que quelque chose a bien chan­gé sur les rives de la Garonne.

Tou­louse, ren­tré dans le rang après avoir ré­gné sur son sport pen­dant plu­sieurs dé­cen­nies, n’est pas en­core re­de­ve­nu le grand Stade tou­lou­sain. « Le pu­blic at­tend beau­coup de nous après la sai­son der­nière, ad­met An­toine Du­pont, étin­ce­lant dans son rôle de de­mi de mê­lée. On es­saie de lui rendre ce qu’il nous donne. Mais on ne va pas ti­rer de conclu­sion après quatre jour­nées. Si on ar­rive à jouer de cette ma­nière toute la sai­son, ce se­ra bien. Tout le monde peut faire un match comme ça de temps en temps. La dif­fi­cul­té, c’est de le ré­pé­ter. »

Hier, les Rouge et Noir ont eu le suc­cès mo­deste. La sai­son der­nière, la pre­mière de­puis plus de qua­rante ans ayant vu le Stade échouer à se qua­li­fier pour la phase fi­nale, a lais-

TOUT LE MONDE PEUT FAIRE UN MATCH COMME ÇA DE TEMPS EN TEMPS. LA DIF­FI­CUL­TÉ, C’EST DE LE RÉ­PÉ­TER AN­TOINE DU­PONT, DE­MI DE MÊ­LÉE

TOU­LOU­SAIN

sé des traces. Il en fau­dra plus pour que les Tou­lou­sains se consi­dèrent à nou­veau comme des épou­van­tails de ce cham­pion­nat.

« Il y a beau­coup de choses po­si­tives, mais aus­si quelques manques qui nous po­se­ront pro­blème le jour où on au­ra en face une op­po­si­tion plus consis­tante, in­siste Ugo Mo­la, l’en­traî­neur. On va s’at­ta­cher à mettre de la glace sur la tête, à ce que per­sonne ne s’em­balle. D’ailleurs, dans le ves­tiaire après le match, Clé­ment Poi­tre­naud (NDLR : l’an­cien joueur, au­jourd’hui membre du staff) a sou­li­gné ce qui al­lait nous at­tendre dès la se­maine pro­chaine à Brive : un rug­by to­ta­le­ment op­po­sé, dans une terre hos­tile, où il fau­dra re­le­ver le dé­fi de l’agres­si­vi­té. On va s’ap­puyer sur la concur­rence qui règne dans ce groupe pour faire tour­ner, et c’est un nou­veau groupe qui s’y dé­pla­ce­ra. »

C’est une des forces de ce Tou­louse, où cer­tains jeunes (Du­pont, Ra­mos, Kolbe) font des étin­celles : les joueurs changent sans que ce­la ne se res­sente vrai­ment sur les pres­ta­tions. « L’ef­fer­ves­cence monte dans le groupe, pour­suit Mo­la. L’an der­nier, cer­tains joueurs ont été obli­gés de se co­gner toute la sai­son. Là, il y a de la concur­rence, et si on est ca­pables de main­te­nir la même ému­la­tion à l’au­tomne… » Alors, on se croi­ra peut-être vrai­ment re­ve­nu quelques an­nées en ar­rière.

Stade Er­nest-wal­lon (Tou­louse), hier. An­toine Du­pont, au­teur d’un es­sai, a confir­mé son bon dé­but de sai­son au coeur d’une at­taque tou­lou­saine re­trou­vée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.