À Pa­ris !

Aujourd'hui en France - - HISTOIRE -

Le 10 sep­tembre 1896, ce n’est pas aux An­tilles mais dans la ca­pi­tale qu’un tour­billon dé­vas­ta­teur fauche cinq vies. Du ja­mais-vu dans un en­vi­ron­ne­ment to­ta­le­ment ur­ba­ni­sé.

« trombe »… Les jours sui­vants, les ga­zettes savent à peine nom­mer ce phé­no­mène, que cer­tains jour­na­listes com­parent à une ma­ni­fes­ta­tion sur­na­tu­relle. « Ada­mas­tor, roi des tem­pêtes, est pas­sé hier sur Pa­ris. Sup­po­sez un géant co­los­sal la tra­ver­sant en quatre ou cinq en­jam­bées », s’en­flamme « le Gau­lois » dans son édi­tion du 11 sep­tembre. « Le Ma­tin » com­pare le « cy­clone » à « la fa­meuse co­lonne de feu dont parle la Bible et qui gui­da les Hé­breux vers la mer Rouge ». Le jour­nal s’émeut d’une « sen­sa­tion de fin du monde ». « Le Jour­nal des dé­bats po­li­tiques et lit­té­raires » se fait ly­rique : « De mé­moire d’homme, nul ca­ta­clysme ne fut plus ter­ri­fiant, plus sou­dain, plus for­mi­dable. »

Après avoir creu­sé un sillon de dé­so­la­tion sur 6 km, la tor­nade, large en moyenne de 300 m, se dis­sipe en­fin aux Buttes-chaumont après avoir em­por­té un der­nier toit au no 24 de la rue des Ar­dennes. « Le plus cu­rieux, s’éton­ne­ra le Fi­ga­ro du len­de­main, c’est que pen­dant ce temps, à Mont­martre et aux Champs-ely­sées, per­sonne ne se dou­tait qu’un cy­clone ter­rible exer­çait ses ra­vages dans Pa­ris. On avait de la pluie et c’était tout. »

Iune

étude de ce phé­no­mène est dis­po­nible sur le site de l’ob­ser­va­toire fran­çais des tor­nades.

La tor­nade s’en­gouffre bou­le­vard de Sé­bas­to­pol, place du Châ­te­let, se­mant la ter­reur et la dé­so­la­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.