ET VOUS, VOUS Y CROYEZ ?

Aujourd'hui en France - - FAIT DU JOUR - PRO­POS RE­CUEILLIS PAR ELIA DA­HAN

Je le sou­haite très fort.

Mais cette tran­si­tion doit se faire par étapes si­non ça ne pas­se­ra ja­mais. Je vis dans une rue pas­sante, où l’air est pol­lué par les voi­tures, sans par­ler du bruit. Moi, j’uti­lise très peu mon vé­hi­cule. Je pré­fère l’au­to­lib’, une voiture électrique en libre-ser­vice, et les trans­ports en com­mun.

Ce­la va être dif­fi­cile

mais ça me semble fai­sable. Le mé­tro per­met dé­jà d’al­ler par­tout. C’est comme ça que je me dé­place. Mais il fau­drait aus­si pen­ser aux ban­lieu­sards et aux pro­vin­ciaux en dé­ve­lop­pant de grands par­kings en pé­ri­phé­rie pour que les au­to­mo­bi­listes puissent se ga­rer aux portes de Pa­ris.

Non.

Ce se­rait vrai­ment bien mais je pense que les au­to­mo­bi­listes n’ac­cep­te­ront ja­mais. Tous mes amis ont des voi­tures à es­sence et si de­main ce­la est in­ter­dit, je sais qu’ils conti­nue­ront quand même de rou­ler avec. C’est presque un be­soin phy­sio­lo­gique. Re­non­cer à sa voiture, c’est comme se sé­pa­rer d’un té­lé­phone por­table.

Bien sûr.

Grâce aux Jeux olympiques que l’on ac­cueille­ra en 2024, tous les pro­jets vont s’ac­cé­lé­rer, y com­pris le dé­ve­lop­pe­ment des ré­seaux de trans­ports en com­mun dans et au­tour de Pa­ris. Les nou­velles tech­no­lo­gies, comme la li­vrai­son par drone, per­met­tront aus­si de li­mi­ter le nombre de voi­tures.

Di­dier De­nis

62 ans, di­rec­teur tech­nique ALBI (81)

Yoann Mi­lome

29 ans, conseiller san­té PA­RIS (XXE)

Isa­belle Ram­beau

61 ans, édi­trice PA­RIS (XVE)

Kha­lid Ben­ji­la­li

24 ans, étu­diant LES CLAYES-SOUS-BOIS (78)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.