« Il y va fran­co »

70 ans, « confes­seur » de Fran­çois

Aujourd'hui en France - - FAIT DU JOUR -

Au risque de pro­vo­quer des frac­tures au sein de la com­mu­nau­té de fi­dèles ?

D’un cô­té, il ne veut pas de rup­ture. Son ob­ses­sion, c’est tou­jours des ponts, des ponts, des ponts et sur­tout pas des murs. De l’autre, il en­tend re­mettre l’eglise au coeur des grandes ba­tailles po­li­tiques. Mais il veut être le pape de tous, à la fois ce­lui des riches et des pauvres, même si, au fond de lui­même, il dé­teste les puis­sants.

A-t-il conscience que ses po­si­tions sur les mi­grants peuvent être cli­vantes ?

En Ita­lie no­tam­ment, ses pro­pos sus­citent une hos­ti­li­té ra­di­cale. Et y com­pris dans le cler­gé, même si ce­la se sait moins parce que l’eglise est feu­trée. Mais quelles que soient les ré­ac­tions des pays, il ré­pé­te­ra que l’eu­rope tra­hit ses va­leurs. Sur les mi­grants, il ne lâ­che­ra pas et rap­pe­le­ra que Jé­sus, lui-même, était aus­si un mi­grant.

Sort-il de son rôle de pape quand il va sur ce ter­rain ?

Je ne pense pas. Les papes font tou­jours de la po­li­tique, plus ou moins ex­pli­ci­te­ment. Leur seul pou­voir, c’est l’in­fluence.

Est-il de gauche ?

Pour une part, oui. Sur tout ce qui est so­cial, cultu­rel, po­li­tique, c’est in­dé­niable. Sur la dé­fi­ni­tion de la vie, sur son op­po­si­tion à l’avor­te­ment par exemple, là, in fine, on pour­rait croire qu’il est de droite, mais en réa­li­té, c’est plu­tôt la fi­dé­li­té à des va­leurs re­li­gieuses es­sen­tielles, des dogmes qui ne sont ni de droite ni de gauche.

Avez-vous res­sen­ti que c’était un homme seul au Va­ti­can ?

Il sème, mais il est un peu seul, oui. Mais il a une paix in­té­rieure, il est très heu­reux d’être pape.

Cer­tains fi­dèles lui re­prochent de par­ler par­fois un peu trop vite. Sa spon­ta­néi­té est-elle son en­ne­mi ?

Ceux qui lui re­prochent de par­ler trop vite sont, en fait, ceux qui ne sont pas d’ac­cord avec lui. Son vrai pro­blème, c’est qu’il parle fa­ci­le­ment et qu’il laisse faire, avec une in­vrai­sem­blable naï­ve­té, qu’on uti­lise ses pa­roles dans des pré­faces, des post­faces… si bien qu’il est trop pré­sent mé­dia­ti­que­ment. Je lui ai dit plu­sieurs fois : « Mais ar­rê­tez de vous faire vo­ler tout ça comme ça, vous n’êtes pas un per­son­nage comme les autres de l’es­pace pu­blic mon­dial, il faut une cer­taine ra­re­té si­non vous al­lez perdre de la lé­gi­ti­mi­té ! »

« Po­li­tique et so­cié­té. Pape Fran­çois, ren­contres avec Do­mi­nique Wol­ton », Ed. de l’ob­ser­va­toire, 21 €.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.