Ça se corse pour Al-khe­laï­fi

Aujourd'hui en France - - SPORTS - PAR FRÉ­DÉ­RIC GOUAILLARD

L’étau se res­serre au­tour du pré­sident du PSG. De­puis Do­ha, il or­ga­nise sa dé­fense

avec ses avo­cats et sa garde rap­pro­chée. que lui re­proche exac­te­ment la disent qu’il y a eu des ver­se­ments im­mo­bi­lier in­ter­na­tio­nal. Se­lon jus­tice suisse. » En l’es­pèce, le d’ar­gent de Nas­ser (Al-khe­laï­fi) à les en­quê­teurs trans­al­pins, cette Qa­ta­rien de­vra se mon­trer pa­tient. moi (Jé­rôme Valcke) contre la fa­meuse Villa Bian­ca, dont la va­leur En ef­fet, il ne connaî­tra, dans vente de droits à un ta­rif pré­fé­ren­tiel. est es­ti­mée à 7 M€, « consti­tue le dé­tail, les charges pe­sant sur lui » En clair, le Fran­çais le moyen de cor­rup­tion uti­li­sé que lors de sa pre­mière au­di­tion au­rait bra­dé les droits de re­trans­mis­sion par Nas­ser Al-khe­laï­fi […] à l’en­contre par le pro­cu­reur suisse. Ce­lui-ci des Coupes du monde [de Jé­rôme Valcke] pour di­rige l’en­quête, à Lau­sanne, au 2026 et 2030 à Al-khe­laï­fi, pa­tron ac­qué­rir les droits té­lé­vi­sés re­la­tifs sein d’une « task force » de plu­sieurs de BEIN Me­dia Group, en aux Coupes du monde de la pro­fes­sion­nels de la jus­tice. échange de sommes d’ar­gent. Fi­fa pour les an­nées 2018 à Et pour l’ins­tant au­cune date Se­lon la loi suisse, il faut pour 2030 ». A ce stade, il nous est dif­fi­cile ne semble avoir été fixée. ou­vrir une ins­truc­tion pé­nale d’éta­blir un lien entre cette

Ce­pen­dant, on com­mence à y « des soup­çons suf­fi­sants lais­sant villa et la per­sonne de Nas­ser Alk­he­laï­fi. voir plus clair en re­col­lant le pré­su­mer qu’une in­frac­tion a été Et pour Me Sté­phane puzzle des dif­fé­rentes per­qui­si­tions com­mise ». Ce­la y res­semble. Cec­cal­di, l’avo­cat fran­çais de Jé­rôme et de l’au­di­tion de Jé­rôme Valcke, ce der­nier n’a rien à Valcke, l’an­cien se­cré­taire gé­né­ral se re­pro­cher. fran­çais de la Fi­fa, qui se sont « Cette mai­son a fait l’ob­jet d’un dé­rou­lées jeu­di à tra­vers l’eu­rope. contrat de lo­ca­tion qui a été payé Dans l’in­ter­view qu’il a don­née par mon client, évoque Me Cec­cal­di. hier à « l’equipe », Valcke dé­voile Et je rap­pelle que, en tant un vo­lant des charges que se­cré­taire gé­né­ral de la Fi­fa, pe­sant sur les deux hommes. « Ils M. Valcke n’avait pas de pou­voir (NDLR : les en­quê­teurs suisses) de vote dans l’ins­tance qui a choi­si CE SE­RA le grand absent de ce Di­jon - PSG, et pour­tant son ombre va pla­ner sur la ren­contre. On ne parle pas d’edin­son Ca­va­ni, le meilleur bu­teur pa­ri­sien, mais de Nas­ser Al-khe­laï­fi, le pré­sident du club de la ca­pi­tale qui sui­vra la per­for­mance de ses joueurs de­puis Do­ha. Si, du moins, il trouve un peu de temps à consa­crer aux plai­sirs d’un match de foot­ball. De­puis hier, le di­ri­geant qa­ta­rien de 43 ans mis en cause par la jus­tice suisse dans une af­faire de cor­rup­tion pri­vée, es­cro­que­rie et ges­tion dé­loyale liée à l’oc­troi des droits mé­dias des Coupes du monde 2026 et 2030, concentre toute son éner­gie à la pré­pa­ra­tion de sa dé­fense. Pour ce faire, il a été re­joint dans la ca­pi­tale du Qa­tar par le pres­ti­gieux avo­cat Me Fran­cis Sz­pi­ner et par le di­rec­teur de la com­mu­ni­ca­tion du PSG, Jean-mar­tial Ribes.

Dans un pre­mier temps, les trois hommes doivent s’ap­pli­quer à bâ­tir un contre-ar­gu­men­taire face à la dé­fer­lante d’ac­cu­sa­tions dont est l’ob­jet le pa­tron de BEIN Me­dia Group et du PSG. « Ce qui est com­pli­qué pour Nas­ser Alk­he­laï­fi, c’est de par­ler main­te­nant, com­mente un avo­cat ha­bi­tué de ce genre de dos­siers. D’une part, il ne se­rait pas en­ten­du, à cause de la dé­fla­gra­tion mé­dia­tique ; et sur­tout, avant de prendre la pa­role, il a be­soin de sa­voir ce

UNE VILLA SAI­SIE EN ITA­LIE

Mais ce n’est pas tout. Car la deuxième lame est ve­nue hier d’ita­lie. Dans un com­mu­ni­qué, la po­lice fi­nan­cière a fait sa­voir qu’elle avait sai­si une villa en Sar­daigne ap­par­te­nant à un groupe les at­tri­bu­taires des droits de re­trans­mis­sion. Il pou­vait né­go­cier les droits mais pas im­po­ser un can­di­dat au co­mi­té exé­cu­tif. »

En at­ten­dant de plus amples dé­ve­lop­pe­ments, le co­mi­té d’éthique de la Fi­fa a ou­vert hier une en­quête sur les soup­çons de cor­rup­tion vi­sant Valcke et Alk­he­laï­fi.

En outre, le fils de Jé­rôme Valcke a été sa­la­rié au PSG de Jan­vier à Juillet 2013. Et pour cou­ron­ner le tout, le par­quet na­tio­nal fi­nan­cier qui par­ti­ci­pait jeu­di à la per­qui­si­tion à BEIN Sports n’au­rait pas ap­pré­cié l’at­ti­tude des équipes sur place. Se­lon Le­quipe.fr, celles-ci se se­raient op­po­sées au ra­pa­trie­ment de don­nées in­for­ma­tiques hé­ber­gées à Do­ha , ce qui crée une réelle sus­pi­cion. On at­tend avec im­pa­tience la ré­ponse de Nas­ser Al-khe­laï­fi.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.