Les avan­tages de l’élec­tri­ci­té

Aujourd'hui en France - - LA MÉTÉO -

En­tre­prises comme sa­la­riés, les pos­ses­seurs d’une voi­ture élec­trique peuvent l’amor­tir ou dé­fis­ca­li­ser les frais qu’elle en­gendre. Un as­pect qui rend cette op­tion tou­jours plus at­trac­tive.

our les en­tre­prises, en plus d’une carte grise gra­tuite, de huit tri­mestres sans TVS (Taxe sur les Vé­hi­cules de So­cié­té), d’un bo­nus de 6 000 eu­ros à l’achat, la voi­ture élec­trique bé­né­fi­cie d’un amor­tis­se­ment maxi­mal de 30 000 eu­ros. En clair, une so­cié­té peut in­té­grer ce type de vé­hi­cule dans ses coûts et dé­penses à concur­rence de cette somme. Pour sa part, si un sa­la­rié uti­lise sa voi­ture élec­trique à des fins pro­fes­sion­nelles, il bé­né­fi­cie­ra lui aus­si d’un avan­tage tout à fait consé­quent. À par­tir de la puis­sance fis­cale de son vé­hi­cule (sou­vent 1 CV pour une élec­trique), il peut en dé­duire les frais d’uti­li­sa­tion se­lon une mé­thode de calcul très simple et iden­tique aux voi­tures ther­miques (voir ta­bleau). Le ba­rème est cal­cu­lé par les ser­vices des im­pôts en fonc­tion de la puis­sance du vé­hi­cule et

Pdu nombre de ki­lo­mètres par­cou­rus. Il in­tègre la dé­va­lo­ri­sa­tion de la voi­ture, les coûts moyens d’en­tre­tien et de re­nou­vel­le­ment des pneu­ma­tiques, le car­bu­rant et les primes d’as­su­rances.

SUR UN TRA­JET RÉ­GU­LIER, UNE ÉLEC­TRIQUE PEUT ÊTRE REN­TABLE

Le calcul prend en compte la dis­tance an­nuelle par­cou­rue (d) mul­ti­pliée par le co­ef­fi­cient dé­ci­dé par l’ad­mi­nis­tra­tion fis­cale, au­quel est ajou­té un for­fait (824 €) pour ceux qui ef­fec­tuent entre 5 001 et 20 000 km par an pour leurs dé­pla­ce­ments pro­fes­sion­nels. Par exemple, Ma­rie, pa­ri­sienne, qui par­court 80 ki­lo­mètres par jour avec sa Mit­su­bi­shi i-miev pour se rendre à son tra­vail en ban­lieue sud pour­ra dé­duire, sur la base de 210 jours tra­vaillés avec 80 km par­cou­rus, 4 940 € de frais ki­lo­mé­triques par an. Le calcul est le sui­vant : 16800 km par­cou­rus dans

l’an­née x 0,245 € de co­ef­fi­cient fis­cal + 824 € de for­fait. Ce­ci sans que le plein ne lui ai pra­ti­que­ment rien cou­té puis­qu’elle a pu re­char­ger son au­to chaque jour à son tra­vail.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.