Avan­tages et in­con­vé­nients des contrats d’en­tre­tien

Aujourd'hui en France - - LA MÉTÉO -

Sé­dui­sants au mo­ment de si­gner un contrat, ces en­ga­ge­ments peuvent s’avé­rer peu jus­ti­fiés à terme, voire in­utiles. À étu­dier de près avant de s’en­ga­ger.

(Lo­ca­tion avec op­tion d’achat) ou en LLD (Lo­ca­tion Longue Du­rée), les vé­hi­cules des­ti­nés aux en­tre­prises bé­né­fi­cient dans la ma­jeure par­tie des cas d’un contrat d’en­tre­tien et d’une ex­ten­sion de ga­ran­tie in­té­grée. Il convient tou­te­fois d’être vi­gi­lant sur la na­ture de cet en­ga­ge­ment. Si cer­tains loueurs comme Ar­val in­tègrent les en­tre­tiens cou­rants et les re­nou­vel­le­ments de pneu­ma­tiques, tous ne le font pas. En par­ti­cu­lier quand la voi­ture est di­rec­te­ment louée chez le construc­teur. Pour ce qui est de l’en­tre­tien, il faut suivre les pres­crip­tions de ce der­nier en ma­tière de vi­dange, bou­gie, freins... Un contrat li­bère donc un poste en l’in­té­grant dans une dé­pense glo­bale. En­core faut-il que ces dé­penses soient né­ces­saires. Un contrat d’en­tre­tien fac­tu­ré 30 ou 40 eu­ros par mois (sans les pneu­ma­tiques) pour une LLD de deux an­nées n’a pas for­cé­ment d’in­té­rêt si la voi­ture roule peu. Sur une voi­ture mo­derne, une ré­vi­sion doit être ef­fec­tuée à 30 000 km. Au­tant dire que les pe­tits rou­leurs paie­ront pour... rien.

LES RÉ­SEAUX DE GA­RAGES EN­TRE­TIENNENT LES FLOTTES

Idem si la so­cié­té fait le choix d’ache­ter la voi­ture. L’ex­ten­sion de ga­ran­tie peut-être une op­tion in­té­res­sante mais le contrat d’en­tre­tien ne l’est pas for­cé­ment : en ta­rif af­fi­ché non né­go­cié, une ré­vi­sion est tou­jours plus chère dans le ré­seau d’un construc­teur que chez un in­dé­pen­dant (même af­fi­lié à une marque) dans des éta­blis­se­ments types Feu Vert ou Mi­das Tous ces ré­seaux de ga­rages ont mis en place des ser­vices des­ti­nés aux flottes d’en­tre­prises. Pour convaincre les en­tre­prises de leur confier l’en­tre­tiens de leurs au­to­mo­biles, ils misent sur trois points : la leurs ré­seaux gé­né­ra­le­ment très bien im­plan­té, la dis­po­ni­bi­li­té et la ra­pi­di­té d’exé­cu­tion en­fin leur ta­rifs. Exemple : Feu Vert en­tre­prise pro­pose des ra­bais de 5 à 15% sur les ta­rifs af­fi­chés par rap­port aux par­ti­cu­liers. Ces ré­seaux de ga­ra­gistes visent d’abord les pe­tites flottes (moins de cinq vé­hi­cules) ou les en­tre­prises qui s’équipent avec voi­tures ache­tées d’oc­ca­sion.

En flottes, l’en­tre­tien peut être une dé­pense sup­plé­men­taire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.