Une pra­tique à géo­mé­trie va­riable

Aujourd'hui en France - - FAIT DU JOUR -

ÉVI­TER LES DAN­GERS du com­mu­nau­ta­risme à l'in­té­rieur d'une équipe, sans cé­der à la ten­ta­tion des quo­tas. C'est l'équi­libre in­stable que doivent trou­ver nombre de di­ri­geants, re­cru­teurs et en­traî­neurs de clubs fran­çais. Et la li­mite du hors-jeu n'est ja­mais loin. L’ex-re­cru­teur d'un club de Ligue 1 se sou­vient d'une ex­pé­rience pré­cise, il y a quelques an­nées. « Le res­pon­sable du centre de for­ma­tion me di­sait : Je ne veux pas qua­torze Ca­me­rou­nais sur qua­torze dans mon équipe. C'était sa ma­nière de dire qu’il vou­lait des joueurs de toutes ori­gines, blancs, magh­ré­bins, noirs... Il n’y avait rien de gra­vé dans le marbre, c’était sim­ple­ment des consignes orales. Il es­ti­mait qu’une trop forte pro­por­tion de joueurs d’une même ori­gine pou­vait créer des clans au sein de l’ef­fec­tif et dans le club. Ce type de consignes, ce­la m’est ar­ri­vé une fois en vingt-deux ans dans le foot­ball. »

DES USAGES TRÈS DIF­FÉ­RENTS EN AN­GLE­TERRE

Sans com­men­ter di­rec­te­ment les faits re­pro­chés ac­tuel­le­ment au PSG, un ac­teur im­por­tant du re­cru­te­ment de la for­ma­tion lyon­naise ces der­nières an­nées ex­pose sa vi­sion. « A L'OL, nous n’avons ja­mais eu de dis­cus­sion sur l’ori­gine eth­nique ou le fa­ciès des joueurs. La mixi­té se fait na­tu­rel­le­ment. Une gé­né­ra­tion peut avoir plus de joueurs d’une ori­gine ou d’une re­li­gion don­née, puis l’équi­libre se fait tout seul sur la sui­vante. » Pas de fichage, donc, à Lyon, pas plus qu'au FC Nantes. « Nos seuls cri­tères hors foot­ball concernent l'en­vi­ron­ne­ment du joueur et sa ca­pa­ci­té à fonc­tion­ner dans un cadre strict et ri­gide, avance Mat­thieu Bi­deau, res­pon­sable du re­cru­te­ment du centre de for­ma­tion des Ca­na­ris.

Dans cette op­tique, nous sommes sou­vent ame­nés à contac­ter les CPE (conseillers prin­ci­paux d'édu­ca­tion) des en­fants. Ce sont eux qui ont la meilleure vi­sion glo­bale. » A l'étran­ger, et plus par­ti­cu­liè­re­ment en An­gle­terre, les men­ta­li­tés semblent sen­si­ble­ment dif­fé­rentes. « Mon club veut tout sa­voir, y com­pris l'ori­gine eth­nique d'un joueur, ex­plique le re­cru­teur fran­çais d'un grand club de Pre­mier League. Mais c'est une in­for­ma­tion as­sez gros­sière. Il faut en­suite en­trer dans le dé­tail et connaître l'en­vi­ron­ne­ment pré­cis de la fa­mille. Tout est im­por­tant avant de dé­ci­der si l'on re­crute un joueur. » Y com­pris, donc, la cou­leur de sa peau.

R.F., F.G. ET Y.L.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.