Une Mar­cheuse dans un champ de mines

Aujourd'hui en France - - POLITIQUE - PAR JANNICK ALIMI

A la com­mis­sion des Fi­nances, la dé­pu­tée Bé­né­dicte Pey­rol, tout en sou­te­nant le gou­ver­ne­ment sur la fis­ca­li­té éco­lo­gique, de­vra trou­ver des so­lu­tions au mé­con­ten­te­ment sur le pou­voir d’achat.

ELLE EST LE PRO­TO­TYPE des jeunes pousses de la Ré­pu­blique en marche. Et jus­qu’ici, tout semble lui réus­sir. A 27 ans, Bé­né­dicte Pey­rol est dé­jà dé­pu­tée, élue dans l’al­lier face à un rou­tard LR de la po­li­tique deux fois plus âgé qu’elle. De­puis quelques jours, ses col­lègues Mar­cheurs de l’as­sem­blée l’ont même his­sée au poste de « whip », c’est-à-dire de co­or­don­na­trice du groupe au sein de la très in­fluente com­mis­sion des Fi­nances. Là où, chaque an­née, à l’au­tomne, sont pas­sés au scal­pel et amen­dés tous les bud­gets de l’etat. Une as­cen­sion « tur­bo » pour cette Vi­chys­soise, mar­quée très jeune par l’at­ten­tat du World Trade Cen­ter en 2001 et sur­tout par le 21 avril 2002 qui pro­pul­sa Jean-ma­rie Le Pen au se­cond tour de la pré­si­den­tielle. Après de brillantes études de droit, des stages et quelques contrats aus­si bien dans le pri­vé que dans le très stra­té­gique ser­vice de lé­gis­la­tion fis­cale de Ber­cy ou en­core dans une en­tre­prise « verte » de re­cy­clage, la jeune femme se cher­chait en­core… Mais tout se dé­bloque en 2016. Cette an­née-là, elle ren­contre Jacques At­ta­li et tra­vaille avec cet an­cien conseiller de Fran­çois Mit­ter­rand et men­tor de nom­breux po­li­tiques, de Fran­çois Hol­lande à Em­ma­nuel Ma­cron… Puis elle dé­couvre les ré­seaux En Marche ! et crée un co­mi­té lo­cal. « Jusque-là, il me man­quait une di­men­sion, celle de l’in­té­rêt gé­né­ral », confie-t-elle.

Une di­men­sion qu’elle concré­tise au­jourd’hui, ar­ticle de loi après ar­ticle de loi, au sein de la com­mis­sion des Fi­nances. « Je ne fais qu’y co­or­don­ner l’ac­tion des élus En Marche ! », ex­plique, avec une cer­taine mo­des­tie, la jeune femme. En fait, sa mis­sion s’avère beau­coup plus com­plexe. Car en cette ren­trée, la loi de En po­li­tique, le terme « whip », qui si­gni­fie « fouet » en an­glais, est aus­si ima­gé qu’un coup de cra­vache : au Royaume-uni et aux Etats-unis, il dé­signe en ef­fet le dé­pu­té char­gé de sur­veiller la dis­ci­pline et le res­pect des consignes de vote des membres de son groupe. Dans le le sys­tème fran­çais, qui n’est pas com­pa­rable au ré­gime par­le­men­taire d’ou­tremanche, le mot « whip » s’ap­plique plu­tôt à la fonc­tion de co­or­di­na­teur de groupe. fi­nances 2019 qui de­vait sym­bo­li­ser l’an­née du « pou­voir d’achat » se trans­forme en brû­lot fis­cal au nom de la dé­fense de l’en­vi­ron­ne­ment. Face aux cri­tiques se­lon les­quelles Ber­cy cher­che­rait avant tout de nou­velles re­cettes, elle ré­torque, convain­cue : « La fis­ca­li­té éco­lo­gique, c’est avant tout pour chan­ger les com­por­te­ments. » Son nou­veau rôle de whip ? « C’est un tra­vail de pré­ci­sion, sou­ligne l’élue de Vi­chy. Je dois faire par­ta­ger les sou­haits des dé­pu­tés par l’en­semble de notre groupe, faire de la pé­da­go­gie sur la fis­ca­li­té éco­lo­gique, un su­jet très com­pli­qué, trou­ver tech­ni­que­ment des so­lu­tions au mé­con­ten­te­ment des Fran­çais tout en sou­te­nant l’ac­tion du gou­ver­ne­ment. »

Une qua­dra­ture du cercle qui n’ef­fraie ce­pen­dant pas la dé­pu­tée. « L’exé­cu­tif a dé­jà fait beau­coup avec la prime à la conver­sion, le cré­dit d’im­pôt pour la ré­no­va­tion des chau­dières ou le chèque éner­gie, as­sure Bé­né­dicte Pey­rol. Mais, au sein de la com­mis­sion des Fi­nances et par­ti­cu­liè­re­ment au poste que j’oc­cupe, on doit, nous dé­pu­tés de la ma­jo­ri­té, faire bou­ger le gou­ver­ne­ment tout en res­tant réa­listes. »

La jeune élue n’a eu au­cun mal à faire l’una­ni­mi­té en sa fa­veur chez ses pairs de la ma­jo­ri­té. « Bé­né­dicte, c’est de l’or en barre », s’en­flamme le Mar­cheur Sta­nis­las Gue­ri­ni, membre de la com­mis­sion des Fi­nances. Mais elle sé­duit aus­si l’op­po­si­tion. « Elle a une par­faite maî­trise de ses su­jets. Elle ne fait pas dans le sec­ta­risme, re­con­naît Marc Le Fur, dé­pu­té LR. Mais elle de­vra re­le­ver deux dé­fis : gar­der sa li­ber­té de ré­flexion et de pro­po­si­tion visà-vis du gou­ver­ne­ment. L’ac­tua­li­té de la fis­ca­li­té éco­lo­gique lui en offre une oc­ca­sion. Et se dif­fé­ren­cier d’amé­lie de Mont­cha­lin qui l’a pré­cé­dée avec brio à ce poste. » A suivre.

DÉ­FI : « GAR­DER SA LI­BER­TÉ »

“AU

SEIN DE LA COM­MIS­SION DES FI­NANCES ET AU POSTE QUE J’OC­CUPE, ON DOIT FAIRE BOU­GER LE GOU­VER­NE­MENT TOUT EN RES­TANT RÉA­LISTES

Pa­ris (VIIE), jeu­di. Bé­né­dicte Pey­rol fait l’una­ni­mi­té dans la ma­jo­ri­té et sé­duit aus­si l’op­po­si­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.