12 3

Auto Moto - - PASSION -

l’as­pi­ra­teur. Sans le moindre obs­tacle à l’échap­pe­ment, le flat-six en­tonne alors un chant que de nom­breux ma­rins confon­draient avec ce­lui des si­rènes. Le ca­co­pho­nique cli­quet­te­ment mé­tal­lique des sou­papes laisse place à une suite de notes dé­cri­vant la plus belle des mé­lo­dies. Plus au­then­tique que celle émise par la Bé­hème, cette mu­sique est ponc­tuée de brèves ful­gu­rances vers les aigüs, au gré des bosses di­gé­rées par le train ar­rière mo­teur. Les mou­ve­ments de caisse, aus­si rares soient-ils, contri­buent éga­le­ment au sup­plé­ment d’âme de la Porsche. Fi­ne­ment ca­li­bré, l’amor­tis­se­ment pi­lo­té avale in­dif­fé­rem­ment les ca­hots de la route comme les vi­breurs d’un cir­cuit, sans mettre en pé­ril le con­tact avec la terre ferme. De lé­gères os­cil­la­tions du nez, congé­ni­ta­le­ment dé­les­té, sub­sistent néan­moins, comme pour fa­vo­ri­ser la per­cep­tion des on­du­la­tions de la chaus­sée… ou de la piste. La chasse au chro­no reste d’ailleurs à la por­tée d’une 911 R, pour­tant dé­bar­ras­sée de l’at­ti­rail aé­ro­dy­na­mique de sa “mé­chante” soeur. Bien ai­dé par l’es­sieu ar­rière, lui aus­si di­rec­teur, le train avant af­fiche la même di­rec­ti­vi­té. La dé­con­trac­tion avec la­quelle se mène cette 911 tranche dé­fi­ni­ti­ve­ment avec la ré­ti­cence res­sen­tie au vo­lant de la M4 GTS, à l’ar­chi­tec­ture pour­tant plus conven­tion­nelle. La plus grande lé­gè­re­té de la R, aux ailes et au ca­pot en car­bone (50 kg de gain par rap­port à la GT3 RS), n’est pas étran­gère au phé­no­mène ; le meilleur ac­cueil ré­ser­vé par le poste de conduite, non plus. Il suf­fit de se glis­ser à l’ho­ri­zon­tale sous la planche de bord, comme si vous pre­niez place à bord d’une voi­ture de course, pour com­prendre à quel point la plus ex­ci­tante des 911 et son pi­lote vivent en par­faite sym­biose.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.