C’

Auto Moto - - ENVIRONNEMENT -

est la Nis­san Leaf qui a ou­vert le bal en pro­po­sant, dans le même en­com­bre­ment, une bat­te­rie d’une ca­pa­ci­té de 30 kWh en lieu et place de “l’an­cienne” 24 kWh. La BMW i3 a sui­vi, en o rant 33 kWh au lieu de 22 kWh. Et la Re­nault Zoé a mis tout le monde d’ac­cord, en pas­sant de 22 kWh à 41 kWh, tou­jours avec le même vo­lume de bat­te­ries. Ce­la lui per­met d’a cher une au­to­no­mie réelle de 300 km et de sup­pri­mer l’an­goisse de la panne sèche pour la ma­jo­ri­té des clients po­ten­tiels. Mi­racle ? Pas tout à fait. Cette pe­tite ré­vo­lu­tion porte un nom : NMC. LE LI­THIUM-ION À TOUTES LES SAUCES Pour faire simple, on a ten­dance à mettre toutes les bat­te­ries li­thium-ion dans le même sac. En fait, la fa­mille est vaste. On di éren­cie ses membres par leurs ma­tières ac­tives, gé­né­ra­le­ment re­pré­sen­tées par leurs sym­boles chi­miques ou leurs abré­via­tions. La bat­te­rie oxyde de li­thium-co­balt, celle uti­li­sée dans les or­di­na­teurs et les té­lé­phones por­tables, par exemple, est dé­si­gnée par les abré­via­tions LCO, Li-co­balt ou par son sym­bole chi­mique LiCoO2. En au­to­mo­bile, la chi­mie la plus uti­li­sée pour les vé­hi­cules élec­triques est le li­thium di­oxyde de man­ga­nèse (LiMn2O4 ou LMO). Elle équipe les Nis­san Leaf et Re­nault Zoé, dé­jà com­mer­cia­li­sées. Le li­thium-phos­phate de fer (LiFePo4 ou LFP) est uti­li­sé par cer­tains construc­teurs chi­nois comme BYD. Tes­la fait ap­pel à une chi­mie très per­for­mante li­thium-ni­ckel-co­bal­ta­lu­mi­nium (LiNiCoAlO2 ou NCA) et Bol­lo­ré à une tech­no­lo­gie sûre, mais moins e cace : le li­thium-mé­tal-po­ly­mère (LMP). La bat­te­rie par­faite n’existe pas. Elles ont toutes des qua­li­tés et des dé­fauts ré­su­més par les gra­phiques ci-des­sous. In­utile d’être un spé­cia­liste pour consta­ter qu’une de ces chi­mies pré­sente des ca­rac­té­ris­tiques plus ho­mo­gènes : le li­thium-ni­ckel-man­ga­nèse-co­balt (LiNiMnCoO2 ou NMC). C’est la so­lu­tion choi­sie par la nou­velle Zoé. Plus per­for­mante, cette chi­mie, dé­ve­lop­pée par le co­réen LG-Chem, et l’in­té­gra­tion op­ti­mi­sée des cel­lules e ec­tuée par Re­nault, ont per­mis de qua­si­ment dou­bler la ca­pa­ci­té de la bat­te­rie dans un vo­lume équi­valent, avec un sur­poids de 15 kg seule­ment. Pour la Nis­san Leaf, le pas­sage du LMO au NMC a fait ga­gner 25 % de ca­pa­ci­té. La tech­no­lo­gie NMC o re aus­si

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.