12 3

Auto Moto - - PASSION -

Nos voi­tures ne sont pas sou­mises à l’âge lé­gal de dé­part à la re­traite. Si tel était le cas, la Ya­ris troi­sième gé­né­ra­tion, qua­si-doyenne de sa ca­té­go­rie, au­rait dû stop­per sa car­rière. Plu­tôt que de quit­ter les conces­sions, la Toyo­ta s’ap­prête à souf­fler ses six bou­gies en s’o rant un se­cond re­sty­lage, après ce­lui in­ter­ve­nu à l’été 2014. Quitte à devoir “co­ti­ser” 90 mil­lions d’eu­ros sup­plé­men­taires… somme re­pré­sen­tant, se­lon le construc­teur nip­pon, le coût de la mise à jour.

Ex­té­rieu­re­ment, l’in­ves­tis­se­ment porte ses fruits. La ca­landre mo­di­fiée, les bou­cliers lar­ge­ment re­des­si­nés et les phares re­mo­de­lés font par­fai­te­ment illu­sion. Ces tra­vaux “de sur­face” pré­sentent sur­tout l’avan­tage de ne pas avoir de consé­quences sur le ga­ba­rit, tou­jours aus­si com­pact, avec une lon­gueur conte­nue sous les quatre mètres, à la di érence de celle d’une Re­nault Clio.

En s’ins­tal­lant au vo­lant, ce­pen­dant, c’est la dé­cep­tion. Iden­tique à l’ac­tuelle, la planche de bord se contente d’adop­ter de nou­veaux co­lo­ris et ma­té­riaux, un brin plus agréable à l’oeil, mais à peine au tou­cher. Seule nou­veau­té : l’ap­pa­ri­tion d’un or­di­na­teur de bord à écran cou­leur, en sé­rie à par­tir de la fi­ni­tion Dy­na­mic, au centre du com­bi­né d’ins­tru­ments. Sans mo­di­fi­ca­tion no­table de la struc­ture, in­utile de s’étendre sur l’ha­bi­ta­bi­li­té et les as­pects pra­tiques. L’es­pace dé­vo­lu aux cinq oc­cu­pants po­ten­tiels et le vo­lume du co re de­meurent in­chan­gés. Ils per­mettent à la Ya­ris d’évo­luer dans la moyenne du seg­ment.

En réa­li­té, la “Toy” bé­né­fi­cie d’une mo­der­ni­sa­tion plus tech­nique qu’es­thé­tique. Avant l’ar­ri­vée d’un bloc 1.8 à com­pres­seur de 210 ch, at­ten­du sous le ca­pot de la ver­sion spor­tive bap­ti­sée GRMN (Ga­zoo Ra­cing Mas­ter of Nür­bur­gring), un iné­dit 4-cy­lindres 1.5 VVT-i, di érent de ce­lui de la Ya­ris Hy­bride, fait son ap­pa­ri­tion au ca­ta­logue. Rem­pla­çant le vieillis­sant 1.3 litre 99 ch, ce mo­teur es­sence fait, à l’in­verse de la ten­dance ac­tuelle, l’im­passe sur la sur­ali­men­ta­tion. Ce qui n’est pas fla­grant de prime abord. Douce et ré­ac­tive, cette mo­to­ri­sa­tion, do­tée d’une dis­tri­bu­tion va­riable, re­prend dès le moindre en­fon­ce­ment de l’ac­cé­lé­ra­teur en ville… un ter­rain de jeu où la ma­nia­bi­li­té de la ci­ta­dine fait tou­jours mer­veille. Mais à la pre­mière voie d’in­ser­tion ve­nue, rien… ou presque. D’un couple net­te­ment in­fé­rieur à ce­lui des mo­teurs tur­bo­com­pres­sés de la concur­rence de puis­sance équi­va­lente, ce 1 496 cm3 ne ré­pond pas aux at­tentes pla­cées dans ses 111 ch. Pour mo­bi­li­ser la ca­va­le­rie, mieux vaut fa­vo­ri­ser les ré­gimes les plus éle­vés. Au risque, hé­las, d’avoir re­cours à une com­mande de boîte de vi­tesses quelque peu ac­cro­cheuse lors des ré­tro­gra­dages et de faire grim­per en flèche le vo­lume so­nore. D’un agré­ment quel­conque, cette mé­ca­nique pré­sente d’autres ver­tus : en tour­nant le dos au duo tur­bo/in­jec­tion di­recte, elle li­mite e ca­ce­ment ses émis­sions pol­luantes (par­ti­cules, NOx…) en condi­tions réelles d’uti­li­sa­tion. Les VW TSI, Re­nault TCe et Peu­geot Pu­reTech de­vraient s’en ins­pi­rer...

Jouant la carte de la di érence, la Ya­ris em­boîte le pas de ses ri­vales quant à la mul­ti­pli­ca­tion des aides à la conduite. L’alerte de pré-col­li­sion fron­tale et de fran­chis­se­ment de ligne, ou la ges­tion au­to­ma­tique des feux de route sont pré­sentes de sé­rie. Les ta­rifs s’ap­prochent, eux aus­si, des ré­fé­rences eu­ro­péennes. C’est sû­re­ment le prix à payer pour s’o rir un pro­duit made in France, ce que ne ga­ran­tissent pas les Peu­geot 208 ou Ci­troën C3.

13

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.