Rolls-Royce Phan­tom VIII

Le joyau de l’em­blé­ma­tique construc­teur bri­tan­nique se ré­in­vente avec cette hui­tième gé­né­ra­tion, au­to­pro­cla­mée “meilleure voi­ture au monde”.

Auto Moto - - AUTO MENU - PAR J. JO­DRY, PHO­TOS DR

Ce n’est pas tous les jours que RollsRoyce dé­voile un nou­veau mo­dèle, en­core moins au som­met de sa gamme. Il a fal­lu pa­tien­ter qua­torze ans pour que l’ac­tuelle Phan­tom connaisse un suc­ces­seur, soit le double du cycle de vie d’un vé­hi­cule ha­bi­tuel. Cette hui­tième gé­né­ra­tion s’ap­prête donc à vivre une longue car­rière… d’où un style ban­nis­sant le ré­vo­lu­tion­naire, dans la pure conti­nui­té de la Phan­tom VII. En réa­li­té, les évo­lu­tions sont ailleurs. Elles concernent prin­ci­pa­le­ment la tech­no­lo­gie. Un cran au­des­sus des “ro­tu­rières” Bentley, qui re­posent sur des pla­te­formes du groupe Volks­wa­gen, la li­mou­sine de Good­wood se paie le luxe d’un sou­bas­se­ment to­ta­le­ment ex­clu­sif, c’est-à-dire non is­su d’un mo­dèle BMW, la mai­son-mère de­puis 1998. Il en se­ra de même pour toutes les fu­tures pro­duc­tions de la marque au Spi­rit of Ecs­ta­sy. Mal­gré sa struc­ture en alu­mi­nium et une lon­gueur ré­duite de 8 cm, la Phan­tom VIII est plus lourde que celle qu’elle rem­place (+ 75 kg). Il faut dire que les in­gé­nieurs n’ont pas lé­si­né sur les ma­té­riaux d’iso­la­tion acous­tique. Celle qui se veut la voi­ture la plus si­len­cieuse du monde en em­barque pour 130 kg. Sans par­ler des pneus, dont l’en­ve­loppe re­cèle une mousse spé­ci­fique pour éli­mi­ner le bruit in­hé­rent à la ca­vi­té de la roue. Neuf dé­ci­bels ont été épar­gnés, Rolls-Royce es­ti­mant avoir ré­duit le bruit à bord de 10 % par rap­port à l’an­cienne Phan­tom. Aus­si haute qu’un SUV (1,64 m), la nou­velle égé­rie bé­né­fi­cie aus­si d’une ri­gi­di­té ac­crue de 30 % pour amé­lio­rer son agi­li­té, grâce aux quatre roues di­rec­trices. L’e et “ta­pis vo­lant” est am­pli­fié par l’élec­tro­nique veillant au fonc­tion­ne­ment de l’amor­tis­se­ment pneu­ma­tique. La sus­pen­sion e ec­tue des mil­lions de cal­culs chaque se­conde, pour agir sur le ré­glage des amor­tis­seurs. Ces der­niers sont se­con­dés par une ca­mé­ra, in­té­grée au pare-brise, per­met­tant d’an­ti­ci­per le re­lief de la route, pour un e et proac­tif sur la sus­pen­sion, jus­qu’à 100 km/h. La nou­velle Rolls Phan­tom re­court tou­jours à un mo­teur V12, sur­ali­men­té dé­sor­mais via deux tur­bos. As­su­rant un meilleur ren­de­ment à bas ré­gime, il par­ti­cipe à l’ex­trême dou­ceur de conduite et au si­lence de ca­thé­drale ré­gnant dans l’ha­bi­tacle, mais il sait aus­si se mon­trer dis­po­nible, avec 563 ch et un couple mo­nu­men­tal de 900 Nm. La ca­va­le­rie est as­so­ciée à une boîte au­to­ma­tique à huit vi­tesses, dont l’as­sis­tance par GPS per­met d’en­clen­cher le rap­port le plus adé­quat en fonc­tion de la phy­sio­no­mie de la route. Si les fa­meuses por­tières an­ta­go­nistes ont été re­con­duites, l’ac­cueil à bord est tou­jours aus­si gra­ti­fiant. Tout n’est que ra ne­ment, à l’image du pa­villon star­light, par­se­mé de diodes. Pour le confort des oc­cu­pants, d’in­nom­brables op­tions de fau­teuil sont dis­po­nibles, afin de choi­sir l’as­sise cor­res­pon­dant le mieux à la mor­pho­lo­gie du conduc­teur. En s’at­tar­dant sur les dé­tails, on ne dé­cèle pas la moindre pièce de plas­tique à bord. Toutes les com­mandes sont en mé­tal, des grilles d’aé­ra­tion aux in­ter­rup­teurs de vitres. Ul­time at­ten­tion : di érentes zones de l’ha­bi­tacle peuvent être chau ées, tels les ac­cou­doirs cen­tral et de por­tière. La planche de bord, au de­si­gn mo­no­li­thique, ex­hibe une bande in­in­ter­rom­pue de verre trem­pé sur toute sa lar­geur, in­té­grant un a chage nu­mé­rique de 12,3 pouces, une hor­loge ana­lo­gique, ain­si qu’un es­pace des­ti­né à re­ce­voir… un frag­ment d’oeuvre d’art, is­su de la col­lec­tion de son pro­prié­taire. C’est, en 2017, la touche de luxe ul­time du sec­teur au­to­mo­bile.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.