Bentley Continental GT

Le construc­teur bri­tan­nique dé­voile la troi­sième gé­né­ra­tion du mo­dèle le plus ven­du de son his­toire : un cou­pé des­ti­né à la clien­tèle his­to­rique, comme aux geeks de la nou­velle éco­no­mie.

Auto Moto - - AUTO MENU - Par l. pi­nel, PHO­TOS dr

“On ne peut en­vi­sa­ger le fu­tur d’une marque qu’en connais­sant son pas­sé.” Le leit­mo­tiv du staff Bentley en dit long sur l’am­bi­tion por­tée par la nou­velle Continental GT. Hé­ri­tier de la Continental R Type de 1952, la “quatre places” la plus ra­pide de son époque, le cru 2017 en­tend, na­tu­rel­le­ment, de­ve­nir “la meilleure GT du monde”. Des­cen­dante des mo­dèles épo­nymes, lan­cés en 2003 puis en 2011, cette troi­sième gé­né­ra­tion, dont les pre­miers exem­plaires se­ront li­vrés dé­but 2018, ne par­tage rien avec ses de­van­cières : nou­veau châs­sis, nou­veau mo­teur, nou­velles tech­no­lo­gies et, bien sûr, nou­velle car­ros­se­rie. Si la lon­gueur reste iden­tique (4,81 m) et la fi­lia­tion évi­dente avec les pré­cé­dentes mou­tures, via les doubles op­tiques rondes, no­tam­ment, l’an­glaise s’élar­git de 5 cm et se pare d’une grille de ca­landre plus im­po- sante, mais mieux in­té­grée que par le pas­sé. Ses hanches, tou­jours très mar­quées, sur­plombent des jantes de 22 pouces, chaus­sées de gommes de 275 mm de large à l’avant, et 315 mm à l’ar­rière. À elle seule, la car­ros­se­rie 100 % alu­mi­nium, à l’ex­cep­tion du cou­vercle de coffre, en com­po­site, s’est al­lé­gée de 20 %. Sur le plan es­thé­tique, c’est bien par sa poupe que la nou­velle Continental GT sur­prend le plus : son pa­villon fuyant rap­pelle ce­lui d’une Porsche Pa­na­me­ra, et ses feux en amande captent le re­gard. Fi­dèle à l’es­prit de la marque au B ai­lé, le cou­pé de Crewe cultive raf­fi­ne­ment, sens du dé­tail et per­son­na­li­sa­tion tous azi­muts. Tout a été ima­gi­né, conçu et dé­ve­lop­pé avec élé­gance pour le bien-être des pas­sa­gers. Ain­si, l’in­té­rieur des poi­gnées de portes a été pen­sé pour être agréable au tou­cher. Il court près de 3 ki­lo­mètres de fils de tis­su dans chaque ha­bi­tacle. Les dif­fé­rentes es­sences de bois vé­ri­table, com­po­sant la planche de bord, flirtent avec le cen­ti­mètre d’épais­seur, de ma­nière à conser­ver une cer­taine ri­gi­di­té et un tou­cher na­tu­rel, sans trop alour­dir l’en­semble. En­fin, pour ne pas contra­rier une clien­tèle pri­vi­lé­giant une am­biance chic plu­tôt que high-tech, Bentley a trou­vé la pa­rade… À la ma­nière de l’As­ton Martin DB5 de James Bond, dont la plaque d’im­ma­tri­cu­la­tion tourne sur elle-même pour trom­per l’en­ne­mi, la par­tie cen­trale de la planche de bord de la Continental GT dis­pose de trois faces, la ro­ta­tion pou­vant s’ef­fec­tuer en rou­lant. Dis­po­nible en op­tion, le “Ro­ta­ting Dis­play” se com­pose de deux mo­teurs et d’une qua­ran­taine d’élé­ments en mou­ve­ment. Le sys­tème

per­met de choi­sir entre un im­mense écran tac­tile de 12,3 pouces ou un pla­cage de bois ac­cueillant trois ca­drans : bous­sole, ther­mo­mètre et chro­no­mètre. À l’ar­rêt, l’an­glaise ca­moufle dé­fi­ni­ti­ve­ment sa tech­no­lo­gie sous un pla­cage de bois coif­fant l’en­semble de la console cen­trale ; une ma­nière de ne pas sa­cri­fier la dis­tinc­tion sur l’au­tel de la mo­der­ni­té. L’in­té­rieur de la Continental ne se ré­sume pas à ce gad­get, aus­si ex­tra­or­di­naire soit-il, ses in­gé­nieurs se plai­sant à rap­pe­ler qu’il y a da­van­tage de connec­tique à bord de l’an­glaise que dans un Boeing 747. Écran pa­ra­mé­trable à la place des comp­teurs, sta­tion­ne­ment au­to­nome, am­biance lu­mi­neuse, dont on sé­lec­tionne la cou­leur et l’in­ten­si­té, af­fi­chage tête-haute, sys­tèmes au­dio op­tion­nels à 16 ou 18 haut-par­leurs (Bang & Oluf­sen ou Naim), vi­sion de nuit par ca­mé­ra in­fra­rouge avec re­con­nais­sance des ani­maux et des pié­tons, phares Ma­trix-LED… la nou­velle di­va peut dis­po­ser du meilleur de la tech­no­lo­gie ac­tuelle, comme en at­teste sa fiche tech­nique. Der­rière le B ai­lé, point de die­sel, mais plu­tôt un W12 TSI dé­ri­vé de ce­lui du Ben­tay­ga. Il dé­ve­loppe 635 ch pour 900 Nm de couple, dis­tri­bués aux quatre roues mo­trices par le biais d’une trans­mis­sion à double em­brayage et 8 rap­ports. Bentley an­nonce un 0 à 100 km/h abat­tu en 3,7 se­condes et une vi­tesse maxi por­tée à 333 km/h ! De mul­tiples pro­grammes de conduite, une sus­pen­sion pi­lo­tée pneu­ma­tique et le sys­tème de vec­to­ri­sa­tion du couple per­mettent de dy­na­mi­ser le com­por­te­ment rou­tier. Par sa ca­pa­ci­té à cha­hu­ter l’es­prit des jeunes pro­prié­taires for­tu­nés comme à choyer le fes­sier des ama­teurs plus âgés, cette Continental GT de­vrait sé­duire un large pu­blic. Dom­mage qu’elle ne soit pas (un peu) plus abor­dable.

15 Bois, cuir sur­pi­qué, in­serts d’alu­mi­nium, l’ha­bi­tacle de la Continental GT cultive le sens de l’élé­gance. 234 Comble du raf­fi­ne­ment, la planche de bord dis­pose de 3 faces ro­ta­tives per­met­tant de choi­sir entre un pla­cage de bois in­té­gral, un grand écran tac­tile de 12,3 pouces ou 3 ca­drans – bous­sole, ther­mo­mètre et chro­no­mètre. 67 Avec 635 che­vaux sous le ca­pot, l’an­glaise n’est pas non plus avare en sen­sa­tions : 3,7 se­condes suf­fisent pour abattre le 0 à 100 km/h.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.