Mer­cedes E220 d Break

Chez le construc­teur à l’étoile, les grands breaks sont ap­pa­rus voi­là qua­rante ans. Im­pen­sable que la der­nière Classe E y échappe.

Auto Moto - - AUTO MENU - PAR S. LARROUMET, PHO­TOS DR

Alors que sa femme, Su­zette, in­sis­tait pour avoir da­van­tage d’es­pace à bord, mon oncle, Mar­cel, lui ré­pon­dait : “Plus ta malle est grande, plus tu en em­portes, même ce

dont tu n’as pas be­soin.” Une ré­flexion pleine de bon sens, sauf qu’à l’époque, la E Break n’exis­tait pas. Avec elle, en ef­fet, on peut em­bar­quer l’es­sen­tiel, l’ac­ces­soire et même le su­per­flu. Avec 640 litres char­geables sous la ta­blette, cette Mer­cedes ne se connaît qu’une ri­vale : la Sko­da Su­perb Com­bi (660 litres). Une fois les dos­siers ar­rière ra­bat­tus, le vo­lume de char­ge­ment du break étoi­lé grimpe à 1 820 litres (contre 1 950 litres pour la tchèque). Cu­bique, mo­du­lable à l’en­vi et do­té d’un plan­cher par­fai­te­ment plat, le co re du break Classe E est un mo­dèle du genre. Avec lui, vous l’avez com­pris, le “Non ma ché­rie, ne prends pas ça, ça ne ren­tre­ra pas”, n’est plus une ex­cuse va­lable.

À l’ins­tar de la ber­line, cette Classe E ex­celle éga­le­ment dans le confort de rou­le­ment, grâce à un amor­tis­se­ment ab­sor­bant, sans sour­ciller, les ir­ré­gu­la­ri­tés de la chaus­sée. Dé­vo­rer les ki­lo­mètres à son vo­lant re­lève du bon­heur. Car, au moel­leux de la sus­pen­sion, s’ajoutent un com­por­te­ment exem­plaire, des sièges bien des­si­nés et ré­glables en tous sens, une er­go­no­mie étu­diée, une qua­li­té de construc­tion ir­ré­pro­chable et une in­so­no­ri­sa­tion pous­sée… in­vi­tant à je­ter ré­gu­liè­re­ment un oeil au comp­teur afin de ne pas dé­pas­ser les li­mi­ta­tions en vi­gueur. On re­grette, en re­vanche, que le nou­veau 2.0 litres die­sel (194 ch) manque de dis­cré­tion en phase d’ac­cé­lé­ra­tion. Ex­clu­si­ve­ment as­so­ciée à une ex­cel­lente boîte au­to­ma­tique à 9 rap­ports, le der­nier te­nant da­van­tage du gad­get, ce quatre-cy­lindres dis­tille des per­for­mances su santes sans trop consom­mer. Nous avons re­le­vé 7,9 l/100 km après 2 000 km e ec­tués à bon rythme et tou­jours char­gé, mais la moyenne tombe fa­ci­le­ment sous les 7 l/100 km avec un pied plus lé­ger. De quoi par­cou­rir 900 km sans ra­vi­tailler, grâce aux 66 litres du ré­ser­voir.

Bien sûr, ces belles qua­li­tés ont un coût. Hors op­tions, ce beau break coûte 65 500 €. La fac­ture grimpe à 78 000 € sur ce mo­dèle sur­équi­pé. C’est très cher, plus cher même que ses ri­vales (al­le­mandes)

qui dis­posent, il est vrai, d’un co re moins vaste. Il vous reste donc une al­ter­na­tive : vous ra­battre sur le break tchèque pré­ci­té (à par­tir de 40 450 €, en TDI 190 ch) ou faire comme mon oncle : res­ter sourd aux de­mandes de ma tante…

2 3

1

12 Er­go­no­mie soi­gnée, pré­sen­ta­tion luxueuse, sièges ré­glables en tous sens, la Classe E break sait ac­cueillir ses oc­cu­pants.

3 Sur route, où elle dé­vore les ki­lo­mètres sans sour­ciller, elle a aus­si le bon goût de li­mi­ter sa consom­ma­tion à moins de 7 l/100 km. À condi­tion, tou­te­fois, d’avoir le pied lé­ger…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.