Mer­cedes Vi­to

Auto Moto - - CONSO -

fia­bi­li­té

Cer­tains exem­plaires connaissent un nombre anor­ma­le­ment éle­vé de pannes. Ce qui exas­pére les clients qui ont, avant tout, choi­si le Vi­to pour la ré­pu­ta­tion de la marque. Nom­breux sont ceux qui cri­tiquent le manque de sé­rieux du ré­seau.

PRO­BLÈMES REN­CON­TRÉS

Mo­teur : des vo­lants mo­teur, des in­jec­teurs, des dé­bit­mètres, des vannes EGR rem­pla­cés .

Boîte de vi­tesses : dys­fonc­tion­ne­ments de l’em­brayage, des bu­tées cas­sées, voire des rem­pla­ce­ments de boîte.

Trains rou­lants : bruits et mou­ve­ments in­tem­pes­tifs dans la di­rec­tion, né­ces­si­tant le rem­pla­ce­ment de cer­tains élé­ments (bras de sus­pen­sion, amor­tis­seurs, etc), gé­né­rant une usure pré­ma­tu­rée des pneu­ma­tiques ; des ponts ar­rière chan­gés sous ga­ran­tie. Di­rec­tion : dys­fonc­tion­ne­ments, casses. Cli­ma­ti­sa­tion : des fuites, des com­pres­seurs rem­pla­cés.

Cein­tures de sé­cu­ri­té : dé­faut de l’en­rou­leur, à rem­pla­cer.

Jantes tôle sen­sibles à la rouille.

On aime

Re­sty­lé en 2010, le Vi­to 2 (W639), gé­né­ra­tion 2003-2014, est tra­di­tion­nel­le­ment consi­dé­ré comme le four­gon le plus hup­pé du mar­ché, ré­pu­ta­tion de l’étoile oblige.

Par­mi ses nom­breuses qua­li­tés, une ex­cel­lente po­si­tion de conduite, ajus­table sur trois plans au ni­veau du siège, et do­tée d’un vo­lant ré­glable en hau­teur et en pro­fon­deur. Nom­breux et vastes ran­ge­ments. Seul four­gon mo­no­coque pro­pul­sion du mar­ché (éga­le­ment pro­po­sé en 4x4), le Vi­to n’en pro­cure pas moins un bon com­por­te­ment rou­tier, avec an­ti­dé­ra­page ES C de sé­rie, dou­blé d’un confort de sus­pen­sion plu­tôt moel­leux.

Dis­po­nible en trois lon­gueurs, il dis­pose d’un vo­lume de char­ge­ment va­riant de 4 700 à près de 6 500 litres lors­qu’il est do­té d’un pa­villon re­haus­sé.

Son com­par­ti­ment ar­rière s’ha­bille de pan­neaux de contre-pla­qué en par­tie basse et dis­pose de gé­né­reux cro­chets d’ar­ri­mage.

On aime moins

Aus­si ri­gou­reux soit-il, le Vi­to de­meure une pro­pul­sion, dé­li­cate sur sol glis­sant.

As­sez étroite, la ca­bine manque d’ha­bi­ta­bi­li­té, en par­ti­cu­lier avec trois oc­cu­pants à bord.

Se­lon la tra­di­tion al­le­mande, de trop nom­breux équi­pe­ments sont en op­tion.

Ses ta­rifs, sa­lés en neuf, se ré­per­cutent sur le mar­ché de la se­conde main.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.