Bent­ley Con­ti­nen­tal GT

Cette se­conde gé­né­ra­tion de Con­ti­nen­tal GT est an­non­cée par Bent­ley comme la meilleure Grand Tou­risme du monde. En toute mo­des­tie. Et si c’était vrai ?

Auto Moto - - Contents -

Je l’avoue vo­lon­tiers, je suis un in­con­di­tion­nel de la “Conti” GT ! Non pas que j’aime le rap – elle fut l’égé­rie de nom­breux rap­peurs dans leurs clips. Mon ad­dic­tion re­monte en fait à… 2006, lorsque, pour la bonne cause – un es­sai pour le ma­ga­zine dri­ven, éma­na­tion d’Au­to Mo­to – je pas­sais une jour­née (et une nuit) – au vo­lant d’un ca­brio­let GTC. Ja­mais je n’avais conduit une “su­per” GT aus­si po­ly­va­lente, as­so­ciant le meilleur de la tech­no­lo­gie al­le­mande au confort, au bon goût et au raf­fi­ne­ment an­glais ! D’où le chal­lenge au­quel s’est at­te­lé Bent­ley pour le re­nou­vel­le­ment d’un mo­nu­ment qui, s’il fut ju­di­cieu­se­ment re­sty­lé en 2011, est ini­tia­le­ment ap­pa­ru il y a quinze ans, en 2003.

Si la phi­lo­so­phie et l’es­prit de­meurent, tout ou presque est nou­veau. En com­men­çant par la car­ros­se­rie taillée dans l’alu (80 kg ga­gnés…), à la seule ex­cep­tion du cou­vercle de malle, en ma­té­riaux com­po­sites, qui abrite an­tennes et autres ré­cep­teurs. La fa­bri­ca­tion des pan­neaux la­té­raux, aux galbes plus tra­vaillés qu’il n’y pa­raît, de­mande un sa­voir-faire très par­ti­cu­lier. Si elle de­meure fi­dèle à son de­si­gn ca­rac­té­ris­tique, re­con­nais­sable entre tous – ins­pi­ré du fu­se­lage des avions d’an­tan – cette Conti s’est a née, tant au ni­veau du pro­fil que de la face ar­rière, de­ve­nue moins mas­sive, avec d’élé­gantes op­tiques en amandes ré­pon­dant aux deux sor­ties

d’échap­pe­ment. La lon­gueur n’évo­luant pas, les 5 cm ga­gnés en lar­geur ren­forcent son cô­té ath­lé­tique. Comme le sou­ligne le de­si­gner en chef, Ste­fan Sie­la ,

à l’al­lure aus­si bri­tish qu’il est al­le­mand :

“vous de­vez en tom­ber im­mé­dia­te­ment

amou­reux !” Je vous laisse juge. Alors que l’an­cienne Con­ti­nen­tal GT re­po­sait sur la plate-forme de la Volks­wa­gen Phae­ton, la nou­velle par­tage ses en­trailles avec ses cou­sines… Au­di A8 et Porsche Pa­na­me­ra ! Car, ne l’ou­blions pas, la marque au B ai­lé est, de­puis long­temps, tom­bée dans l’es­car­celle ten­ta­cu­laire du groupe Volks­wa­gen. Une bonne base, très bonne même ! Avec une trans­mis­sion in­té­grale per­ma­nente et un em­pat­te­ment al­lon­gé de 10 cm, on se sent im­mé­dia­te­ment en confiance. Même lorsque l’on dé­couvre le poids de la bête : 2 244 kg, à vide ! La nou­velle di­rec­tion à as­sis­tance hy­dro-élec­trique o re un par­fait fee­ling, tan­dis que le pied droit se trans­forme en éle­veur de ha­ras, avec pas moins de 635 équi­dés sous la botte. Des che­vaux qui ont bé­né­fi­cié d’une édu­ca­tion tel­le­ment bri­tan­nique qu’on en ou­blie que l’on com­mande une horde. Au­cune sau­va­ge­rie, ces 635 pur-sang et les 900 Nm de couple pro­pulsent l’équi­page avec flegme et sans la moindre se­cousse. Cette Conti ex­pé­die pour­tant le 0 à 100 km/h en 3”7 et peut at­teindre 333 km/h. On peut re­mer­cier

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.