Ja­guar I-Pace eT­ro­phy

Afin d’ac­com­pa­gner le lan­ce­ment de son pre­mier SUV élec­trique I-Pace, le construc­teur bri­tan­nique Ja­guar a créé un nou­veau cham­pion­nat, qui se dé­rou­le­ra en ou­ver­ture des E-Prix de For­mu­la E.

Auto Moto - - Novembre - PAR D. LAURENT, PHO­TOS N. DIMBLEBY

Aprio­ri, SUV – élec­trique ou non – et course au­to­mo­bile ne font pas bon mé­nage. Mais lorsque les moyens fi­nan­ciers, la tech­no­lo­gie et le mar­ke­ting s’as­so­cient, l’im­pro­bable de­vient réa­li­sable. C’est ain­si qu’a pro­cé­dé Ja­guar Ra­cing pour dé­ve­lop­per son cham­pion­nat I-Pace eT­ro­phy, qui met en scène des 4x4 élec­triques.

UNE VRAIE VOI­TURE DE COURSE

Vu de l’ex­té­rieur, on est à mi-che­min entre tu­ning de luxe et pré­pa­ra­tion à la piste, avec élar­gis­seurs d’ailes, ai­le­ron pro­émi­nent, grilles d’aé­ra­tion et élé­ments aé­ro­dy­na­miques en car­bone. Mais en ou­vrant la porte conduc­teur, l’im­pres­sion change ra­di­ca­le­ment. On pé­nètre dans l’ha­bi­tacle d’une vé­ri­table voi­ture de course. To­ta­le­ment vi­dé des élé­ments le consti­tuant, l’in­té­rieur du SUV se com­pose dé­sor­mais d’un ar­ceau-cage de sé­cu­ri­té, ho­mo­lo­gué par la FIA. Le poste de conduite s’ap­pa­rente à ce­lui d’une voi­ture de ral­lye, do­té de nom­breux élé­ments en car­bone en­tou­rant le ba­quet du pi­lote. En sou­le­vant le ca­pot, on dé­couvre un com­par­ti­ment mo­teur coi é d’un grand “en­ton­noir”, per­met­tant de re­ce­voir l’air ex­té­rieur des­ti­né à re­froi­dir l’un des deux mo­teurs élec­triques (un pour chaque train rou­lant). Cu­mu­lant une puis­sance de 325 kW, soit 440 ch, l’I-Pace de course a che une lon­gueur de 17 cm su­pé­rieure à celle du mo­dèle de sé­rie : 4,85 m. Moins haut de 4 cm, en re­vanche, il culmine à 1,52 m et a che 1 965 kg, contre près de 2 200 kg pour la ver­sion de route. Pour as­su­rer un bon équi­libre rou­tier, les in­gé­nieurs ont lo­gé les bat­te­ries (90 kW/h) dans le plan­cher. Le centre de gra­vi­té de la voi­ture se si­tue donc au plus bas et sa

car­ros­se­rie, com­po­sée d’alu­mi­nium et de car­bone, gagne en lé­gè­re­té en dé­pit de sa hau­teur. À l’ar­rière, bou­clier et di useur ont été mo­di­fiés, afin d’en fa­ci­li­ter le rem­pla­ce­ment en cas de choc... En­fin, les trains rou­lants adoptent des ré­glages et sus­pen­sions spé­ci­fiques, per­met­tant de ra­bais­ser la caisse et don­ner à ce SUV des al­lures de voi­ture de course.

UNE PHI­LO­SO­PHIE DIF­FÉ­RENTE DE LA FOR­MU­LA E

En met­tant l’ac­cent sur la pro­pul­sion élec­trique, le Ja­guar I-Pace eT­ro­phy dis­pense le pi­lote de de­voir gé­rer son éner­gie jus­qu’au terme de la course (voir l’in­ter­view de Stuart Ad­lard). De ce fait, on se trouve dans une confi­gu­ra­tion clas­sique, où la consom­ma­tion de “car­bu­rant” n’entre pas en ligne de compte. Ce qui n’est pas le cas en For­mu­la E, qui contraint les pi­lotes à pro­vo­quer des phases de ré­gé­né­ra­tion (et donc des le­vers de pied), afin de ré­cu­pé­rer une éner­gie in­dis­pen­sable pour re­joindre la ligne d’ar­ri­vée. Plus ac­ces­sible en termes de pi­lo­tage, le Ja­guar I-Pace eT­ro­phy ten­te­ra donc d’at­ti­rer les ama­teurs for­tu­nés, au gré d’une com­pé­ti­tion pro­po­sée à 450 000 £ (504 000 €) la sai­son, tout com­pris. Si la somme est éle­vée, l’o re se ré­vèle néan­moins très com­pé­ti­tive dans le lan­der­nau du sport au­to­mo­bile, où les courses ther­miques in­ter­na­tio­nales coûtent beau­coup plus cher et ne pro­curent pas l’am­biance unique des cir­cuits si­tués en ville.

La pre­mière des dix manches du Ja­guar I-Pace eT­ro­phy se­ra dis­pu­tée le 15 dé­cembre pro­chain, à Ryiad, en Ara­bie Saou­dite. ●

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.