... ou de pré­fé­rer le XMax

Auto Moto - - [le Duel] - PAR M. FONTANIER, PHO­TOS M. FONTANIER

Pour ré­sis­ter aux as­sauts du Hon­da For­za 125, le Ya­ma­ha XMAX a fait une belle cure de jou­vence, à la fin 2017. Son style tout en pointe, avec son re­gard per­çant com­po­sé ex­clu­si­ve­ment de Led, fi­gure tou­jours par­mi les plus at­ti­rants. Plus long de 4 cm que le Hon­da For­za, le XMAX pré­sente un ga­ba­rit plus im­po­sant, qui donne l’im­pres­sion d’avoir af­faire à une cy­lin­drée su­pé­rieure. Sur ce mil­lé­sime 2018, le confort a été net­te­ment amé­lio­ré, en adop­tant de nou­veaux amor­tis­seurs ar­rière et une selle re­des­si­née à l’as­pect cos­su. Plus épaisse et plus large que celle du Hon­da For­za, elle pro­cure un meilleur ni­veau de confort sur le long terme. La po­si­tion de conduite un peu plus re­cu­lée s’avère éga­le­ment plus agréable pour les grands ga­ba­rits, qui peuvent aus­si pro­fi­ter du ré­glage du gui­don sur 2 cm en hau­teur, en uti­li­sant un tour­ne­vis. Le pare-brise s’ajuste éga­le­ment sur 5 cm, moyen­nant quelques tours de clef. Les com­mandes tombent na­tu­rel­le­ment sous la main et toutes les in­for­ma­tions de l’or­di­na­teur de bord s’ob­tiennent ra­pi­de­ment via une gâ­chette au gui­don. L’ins­tru­men­ta­tion ul­tra com­plète brille par sa li­si­bi­li­té, bien plus claire que celle du For­za. Seule ombre au ta­bleau : le ba­rillet du contac­teur se montre un peu ré­cal­ci­trant et la clef main-libre émet un bip so­nore stri­dent si l’on s’écarte à peine du vé­hi­cule sans l’avoir bien ver­rouillé. Avant de s’y ha­bi­tuer, les étour­dis risquent d’en ba­ver !

Grâce à sa grande taille, le XMAX pos­sède un coffre spa­cieux, qui en­globe ai­sé­ment deux casques in­té­graux et com­prend un éclai­rage à Led avec un pe­tit re­cou­vre­ment en mousse. Le ta­blier compte deux boîtes à gants. Celle de gauche abrite une prise 12 V et se ver­rouille élec­tri­que­ment. Mais elle né­ces­site d’ap­puyer sur un bou­ton, en ayant pris soin de mettre ce sa­ta­né ba­rillet de contact sur le mode Open. La boîte de droite est plus pe­tite et ne ferme pas à clef, mais s’ouvre d’un simple coup de pouce.

Sur le plan dy­na­mique, le Ya­ma­ha XMAX de­meure l’une des ré­fé­rences de la ca­té­go­rie 125. Si la vi­tesse de pointe est un peu moins éle­vée que celle du For­za, les ac­cé­lé­ra­tions res­tent com­pa­rables. Bien qu’un peu plus lourd que son ad­ver­saire, le XMAX reste très fa­cile à me­ner en ville. Ses pe­tits ré­tro­vi­seurs sur le gui­don as­surent une bonne vi­si­bi­li­té, sans gê­ner la re­mon­tée des files, et sont moins fra­giles que ceux du For­za in­té­grant des cli­gno­tants à Led. Grâce à son em­pat­te­ment plus long, le scoo­ter Ya­ma­ha as­sure une ex­cel­lente sta­bi­li­té en courbe et ab­sorbe mieux les chocs, tout en confé­rant un sen­ti­ment su­pé­rieur de ri­gi­di­té. Si la pré­sence d’un an­ti­pa­ti­nage n’est pas fon­da­men­tale sur un en­gin de 15 ch, elle peut tou­jours évi­ter quelques frayeurs sur des bandes blanches hu­mides ou des feuilles mortes. Au fi­nal, le châs­sis du XMAX semble mieux taillé pour la cam­pagne, où son mo­teur plus bruyant gê­ne­ra moins le voi­si­nage. No­tez que pour ob­te­nir une to­na­li­té plus rauque tout en ga­gnant du poids, Ya­ma­ha pro­pose un ma­gni­fique, mais très coû­teux, si­len­cieux Akra­po­vic (640 €) en ti­tane, qui s’ac­com­pagne d’un conver­tis­seur ca­ta­ly­tique spé­ci­fique (96 €). ●

YA­MA­HA XMAX 125

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.