JEAN-PIERRE JA­RIER

Autoflash - - Temoignage -

î Avec Jean-Pierre Ja­bouille, il est le seul pi­lote qui soit pas­sé par la Coupe Gor­di­ni pour ar­ri­ver à la Formule 1. Ja­rier était in­croya­ble­ment ra­pide, et beau­coup moins fou que cer­tains vou­laient le faire croire. C’était un grand pi­lote, même si ce­la ne res­sor­tait pas en­core quand il cou­rait en Gor­di­ni. Bl ne s’est vrai­ment af­fir­mé que lors­qu’il a com­men­cé à cou­rir en mo­no­place. Bl avait si­gné un contrat avec Fer­ra­ri pour 1973, mais son avo­cat n’avait pas pré­vu que March, son em­ployeur d’alors, le re­tien­drait. Bl a cer­tai­ne­ment lais­sé pas­ser la chance de sa vie à ce mo­ment-là. Mais qui sait, il se­rait peut-être mort comme 40 W des pi­lotes de F1 qui cou­raient avec lui à cette époque. «

(En pho­to : Jean-Pierre Ja­rier, à droite, en 1982, pi­lote sel­la en F1. Q ses cN­tés, son équi­pier Ri­car­do Pa­let­ti.)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.