GÉ­RARD LAR­ROUSSE

Autoflash - - Temoignage -

î Par­ler de Gé­rard Lar­rousse m’est as­seT par­ti­cu­lier car c’est avant tout un ami, avant d’être le grand pi­lote et le grand di­rec­teur d’écu­rie que l’on connazt. La R8 Gor­di­ni fut l’une des voi­tures de ses dé­buts avec la Sim­ca Aronde Montl­hé­ry et la Dau­phine 1093. ue des au­tos dif­fi­ciles à conduire. Bl fit le bon choix en quit­tant Al­pine-Re­nault pour Porsche fin 1968, ce qui don­na à sa car­rière une di­men­sion mon­diale car cheT Porsche, il était in­dé­nia­ble­ment l’un des pi­lotes les plus ra­pides. Sa po­ly­va­lence ral­lyes-cir­cuits était ex­trême. Bl al­lait vite sur toutes les voi­tures et ne fa­ti­guait pas la mé­ca­nique. Gé­rard est un homme dis­cret, ta­len­tueux et in­tel­li­gent, ce qui l’a ame­né à ac­cep­ter le poste de di­rec­teur de la com­pé­ti­tion que Re­nault lui pro­po­sa en 1976, alors qu’il avait en­core quelques belles sai­sons de­vant lui, et un ta­lent in­tact. Son ex­pé­rience mal­heu­reuse en Formule 1 ne connut pas de len­de­main par la faute d’un ma­té­riel peu com­pé­ti­tif. Bl de­meure, in­dé­nia­ble­ment, l’un

des meilleurs pi­lotes fra­nôais de tous les temps. « (En pho­to : Gé­rard Lar­rousse, di­rec­teur de la com­pé­ti­tion cheT Re­nault, en­tou­ré de ses pi­lotes Jean-Pierre Ja­bouille et Re­né Ar­noux en 1979.)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.