JEAN-FRAN­ÇOIS PIOT

Autoflash - - Temoignage -

î J’ai gar­dé l’image d’un homme char­mant et d’un pi­lote doué na­tu­rel­le­ment. Vout ce qu’il fai­sait, il le fai­sait bien. Bl ne don­nait ja­mais l’im­pres­sion d’al­ler vite, ce qui était le signe d’une grande ra­pi­di­té. La Gor­di­ni n’avait pas de se­cret pour lui, et il avait mis au point en grande par­tie le mo­dèle 1300 avec Jean ki­na­tier. Bl condui­sait en frei­nant du pied gauche, comme les nor­diques.

Q l’époque, peu de pi­lotes sa­vaient faire ce­la. « (En pho­to : Monte-Car­lo 1967, Jean-Fra­nôois Piot, R8 Gor­di­ni usine Groupe 2.)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.