L’in­croyable Ré­sis­tance du Boxer

Autoflash - - Sommaire -

Quand le V12 fut dé­bar­qué du ca­pot de la Day­to­na, une chose de­vint évi­dente : rien ne se­rait plus ja­mais comme avant chez Fer­ra­ri en ma­tière de hautes per­for­mances. Le 12 cy­lindres boxer qui lui suc­cé­da res­te­ra vingt-trois ans au ca­ta­logue !

Chaque mo­teur est mon­té à la main par un ou­vrier qui signe son tra­vail. Ce­lui de la 512 TR ne dé­ve­loppe 86,6 ch/litre, ce qui n'est pas éle­vé dans l'ab­so­lu pour un 4 sou­papes par cy­lindre, mais dé­jà res­pec­table pour une cy­lin­drée de 5 litres. Le ré­gime de ro­ta­tion peut at­teindre des crêtes à 7 400 tr/mn, mal­gré une li­mi­ta­tion au rup­teur à 7 250 tr/mn.

La 365 GT4 BB de 1973. Elle fut équi­pée du pre­mier 12 cy­lindres à plat fa­bri­qué par Fer­ra­ri, rom­pant avec une longue tra­di­tion de mo­teurs V12. or­mis un lé­ger chan­ge­ment de cy­lin­drée en 1975, le 12 cy­lindres boxer res­ta en pro­duc­tion jus­qu’en 1996 û

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.