Je me mets au vert

FAIRE LA FÊTE SANS EX­PLO­SER NOTRE EM­PREINTE CAR­BONE NI LE POIDS DE NOS POU­BELLES, C’EST POS­SIBLE. Je ré­siste à l’ap­pel des paillettes et des pa­piers ca­deaux brillants

Avantages - - Verte -

qui ne sont pas re­cy­clables (ils aug­mentent de 3 % le poids des pou­belles pen­dant les fêtes). Les em­bal­lages en pa­pier re­cy­clé ou is­sus de fo­rêts gé­rées du­ra­ble­ment font au­tant plai­sir.

Je cui­sine stra­té­gique en ache­tant en vrac ou à la coupe pour li­mi­ter les em­bal­lages. J’en­cou­rage ceux qui veulent se res­ser­vir à re­prendre des fruits de mer et autres ali­ments ra­pi­de­ment pé­ris­sables. Avec un peu de créa­ti­vi­té, on ter­mine les restes sans se las­ser : la cuisse du cha­pon fi­nit en ha­chis par­men­tier, les chutes de sau­mon dans des rillettes et la brioche qui ac­com­pa­gnait le foie gras fait un dé­li­cieux pain per­du.

J’y vais mol­lo sur les illu­mi­na­tions. OK, c’est Noël mais, même avec des LED, une fa­çade éclai­rée jour et nuit pen­dant 10 jours consomme l’équi­valent de 3 mois d’éclai­rage de la mai­son* ! On opte donc pour une mi­nu­te­rie ou, mieux, des guir­landes so­laires qui fonc­tionnent en toute au­to­no­mie pen­dant 6 h (Gi­fi, Ikea).

Je voyage lé­ger. Une voi­ture sur­char­gée peut faire grim­per la conso d’es­sence de 15 %. A 120 km/h, ces 15 % coûtent un litre de car­bu­rant sup­plé­men­taire aux 100 km**. Alors vive les ca­deaux dé­ma­té­ria­li­sés (mas­sage, ate­lier cui­sine, concert…), et qui ne prennent pas la pous­sière. Sources : * Ademe ** Con­so­globe

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.