RO­MAN LU PAR PIERRE BLASSAN, ANA­LYSTE FI­NAN­CIER

Be - - BANC D ’ E S SAI - ....................................................

La pre­mière ligne du livre ?

“La li­mou­sine avance au pas, le long de Park Ave­nue ren­due dé­serte par le froid et la neige.”

Ra­con­tez-nous l’his­toire sans trop en dire…

Une ro­mance un peu far­fe­lue entre un ban­quier am­bi­tieux et une riche hé­ri­tière fran­çaise sur fond d’in­trigue fi­nan­cière. Le tout sau­pou­dré d’anec­dotes qui font ré­fé­rence à des évé­ne­ments ré­cents de l’ac­tua­li­té bour­sière (la faillite de Leh­man Bro­thers, les subprimes...) et d’ana­lo­gies fla­grantes avec des ac­teurs réels.

Com­bien de temps avez-vous mis pour le lire ?

Une jour­née, mais j’étais obli­gé.

La phrase qui vous a mar­qué ?

“La tâche d’un ar­tiste est de dé­cou­vrir quelle musique il peut en­core faire avec ce qu’il lui reste, ou avec ce qu’il a per­du…” at­tri­buée à Itz­hak Perl­man [vio­lo­niste et pro­fes­seur de musique is­raé­lien, ndlr]. Une des nom­breuses ci­ta­tions du livre.

Une bonne rai­son de le lire ?

C’est un ex­cellent ro­man de plage, par­fait pour ef­fleu­rer le mi­lieu de la fi­nance.

À qui l’of­fri­riez-vous ?

À ma jeune cou­sine, qui a en­core plein de paillettes dans les yeux.

Note at­tri­buée ?

B. L’his­toire est un peu ti­rée par les che­veux mais on se laisse prendre par l’amou­rette. “Zal­bac Bro­thers”, de Ka­rel de la Re­nau­dière (éd. Al­bin Mi­chel).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.