FLO­RENCE NICOL

Be - - DREAM LIST -

La ré­dac : “Flo, tu vas tes­ter une ap­pli.” Moi : “Pas de pro­blème, je m’ap­pli­que­rai.” J’ima­gine que c’est une sorte de gym pour la main. Une si­né­cure pour le co­baye pro­fes­sion­nel que je suis de­ve­nu ! Quoique, on compte quand même une ving­taine de muscles et un poil pour chaque main... Va y avoir du sport ! Le concept Au me­nu, 4 pro­grammes de 45, 30 ou 15 mi­nutes pour s’af­fi­ner, se to­ni­fier, se mus­cler ou ci­bler une zone re­belle. Mon coeur ba­lance... mais j’ai bien une de­mi-heure à as­sas­si­ner entre la poire et le fro­mage, et je choi­sis le ni­veau dé­bu­tant (l’in­ter­mé­diaire et l’avan­cé, non mer­ci). La séance C’est par­ti : la coach vir­tuelle entre en scène dans mon sa­lon, m’in­dique les exer­cices, me conseille et m’en­cou­rage. Même si chaque mou­ve­ment ne dé­passe pas deux mi­nutes, elle énu­mère les se­condes avec moi ! Un vrai compte à re­bours, comme ce­lui d’une bombe, tiens. Pas éton­nant, cette ap­pli est une ter­ro­riste de la graisse ! En mode car­dio in­ten­sif, j’en­chaîne sans ré­pit les exer­cices de ren­for­ce­ment mus­cu­laire et fi­nis sur les ro­tules. Main­te­nant je sais, quand Nietzsche di­sait : “Ce qui ne me tue pas me rend plus fort”, il par­lait du sport.

S’EST PLIÉE EN QUATRE POUR UN EN­TRAέNE­MENT MUS­CLÉ AVEC SON COACH DE POCHE. POUR­QUOI TANT D’EF­FORTS ?

Maintes fois, en sol­li­ci­tant au maxi­mum tous les muscles de mon corps, je me suis sen­tie pé­rir. Mais j’ai tou­jours trou­vé de nou­velles res­sources, bien ai­dée par ma playlist, “Aïe of the ti­ger”, qui se syn­chro­nise avec l’ap­pli. À sa­voir Les nom­breux sauts (bas­kets pré­co­ni­sées) peuvent fi­nir par im­por­tu­ner les voi­sins. En re­vanche, 6 m2 suf­fisent pour at­ta­quer vos ron­deurs. Et les 85 en­traî­ne­ments pro­po­sés en vien­dront à bout. Par ailleurs, l’ap­pli Nike est mé­ri­to­cra­tique : chaque ses­sion réa­li­sée rap­porte des ré­com­penses (sous la forme d’en­traî­ne­ments pro­po­sés par de grands athlètes). Les ré­sul­tats Il y a des exer­cices pour tous les muscles et des dé­mons­tra­tions vidéo pour chaque exer­cice. En consom­mant sans mo­dé­ra­tion l’ap­pli, c’est im­pa­rable : on ob­tient un corps où le gras a to­ta­le­ment ca­pi­tu­lé. Pour qui ? Celles qui veulent s’en­traî­ner où elles veulent, quand elles veulent. Celles pour qui le smart­phone est pas­sé dans les gènes. Celles qui consi­dèrent que payer pour faire du sport, c’est la double peine.

EN SA­VOIR PLUS

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.