CHIC, LA FAUSSE CLOPE

Be - - TOUT DE SUITE - Alors que le dé­bat — ANNE- LAURE GRIVEAU

PLUS QU’UNE TEN­DANCE DE NÉOFUMEURS, LA “E-CIG” DE­VIENT

AC­CES­SOIRE DE MODE.

sur sa no­ci­vi­té n’est pas en­core tran­ché, la ci­ga­rette élec­tro­nique charme les élé­gants. Loin de cher­cher à res­sem­bler à une ci­ga­rette clas­sique comme à ses dé­buts, l’élec­tro­nique se la joue bel ob­jet. Ins­pi­rée des fume-ci­ga­rette des An­nées folles, de­si­gnée dans de pré­cieuses ma­tières, fit­tée comme une slim (ci­ga­rette fine) et ran­gée dans un bel étui, avec elle, fu­mer re­de­vient dis­tin­gué. Le geste vo­lup­tueux à la Die­trich et les épaisses vo­lutes à la Gard­ner sont ré­ha­bi­li­tés, la sen­sua­li­té re­trou­vée. Les ar­tistes se l’ap­pro­prient, comme Court­ney Love ou l’acteur Ste­phen Dorff, qui en vantent le “co­ol” dans des pu­bli­ci­tés. Fu­mer dans des lieux pu­blics et, comme Court­ney, dé­rou­ter son in­ter­lo­cu­teur d’un “Re­lax, ce n’est qu’une pu­tain de ci­ga­rette élec­tro­nique” de­vient alors le sum­mum de la ré­bel­lion, du sexy. Cer­tains non-fu­meurs ou an­ciens clo­peurs s’y (re)mettent même. Par­mi eux, Me­lin­da Tria­na, réa­li­sa­trice pour l’émis­sion “La Mode, la mode, la mode” : “J’ai es­sayé celle d’une de mes amies dans une soi­rée et j’ai été conquise par son cô­té ci­gare vi­ril, très sen­suel. La mienne est rose iri­sé, j’ai mis plus d’une de­mi-heure à la choi­sir, comme un bi­jou.” Ou plu­tôt, comme un parfum. Car ce qui plaît aus­si dans cette e-vo­lup­té, c’est qu’elle ne sent pas le cen­drier froid. Les adresses co­sy, à la li­mite de l’ate­lier de par­fu­me­rie, fleu­rissent d’ailleurs et pro­posent de beaux mo­dèles et des sen­teurs nou­velles à une clien­tèle plu­tôt dan­dy que doigts jau­nis.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.