SYL­VIE, 42 ans, cadre su­pé­rieure dans la res­tau­ra­tion

Be - - DRESS CO D E S -

“Mon truc, c’est de me désha­biller et de me re­trou­ver en slip, ou moins, et de dan­ser. Plus pré­ci­sé­ment, de faire des cho­ré­gra­phies de ma­jo­rette. Der­bys, che­mise et tailleur-pan­ta­lon : dans mon mé­tier, je suis ha­billée très sé­rieu­se­ment. Je gère des pa­trons de res­tau­rants stres­sés, je res­pecte des pro­to­coles, je tiens un dis­cours très pro. Quand je sors, je ne suis plus la même, je n’ai plus rien à prou­ver, juste à me dé­fou­ler. Je ne fais pas de sport, ma fa­çon à moi d’éva­cuer, c’est ça. J’ai gran­di en Afrique avec des pa­rents qui n’avaient que dix-huit ans de plus que moi ; c’était tou­jours la fête. C’est peut-être une ré­mi­nis­cence de ça… Mais c’est aus­si une fa­çon de m’amu­ser et de faire rire les autres. Ça ne m’ar­rive que lorsque je me sens bien et que je suis en­tou­rée d’amis. Quand je me lâche, je le fais aus­si un peu pour eux. Ils ap­plau­dissent, rient… J’ai le sen­ti­ment que ça leur fait du bien aus­si. Par­fois, des pièces rap­por­tées, les pe­tites co­pines des uns ou des autres, me trouvent un peu ex­trême, mais moi, je n’ai pas du tout honte de cette dés­in­hi­bi­tion li­bé­ra­toire. Ce n’est que fes­tif et très lié à mon état du mo­ment. Si je suis dé­pri­mée ou fa­ti­guée, je ne bouge pas une oreille. En fait, chez moi, swit­cher veut dire que tout va pour le mieux !”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.