GENTLEMAN ?

Be - - DRESS CO D E S -

sau­vage (sou­rire oblique, yeux plis­sés, lis­sage de mous­taches non­cha­lant).

Han han, pour­sui­vez : et en­suite, que vous a-t-il dit ? A.

“Et y a un 06 au bout de ces beaux yeux-là ?”

“Vous avez, heu... l’heure, je veux dire, du feu ? Ou du temps, si­non ?”

Rien. Il a grif­fon­né son nu­mé­ro sur un mor­ceau de pa­pier et a lan­cé “J’ai­me­rais vous re­voir” d’une voix de bé­bé phoque qui a man­gé du miel.

“La courbe de vos yeux fait le tour de mon coeur, souf­frez, Ma­dame, que je vous l’offre.”

B.

C.

D. En le re­gar­dant s’éloi­gner, vous vous êtes dit : A.

Wa­lou, car il n’était pas votre genre, a prio­ri.

“Whaouch”, car il ve­nait de vous ébor­gner en hé­lant le bus.

“Waouh”, car son rap­port ra­mage-plu­mage vous sem­blait op­ti­mal.

“Oua­li”, car il mar­chait un peu comme s’il au­di­tion­nait pour une co­mé­die mu­si­cale.

B.

C.

D.

Qu’a-t-il dit quand vous lui avez ré­vé­lé que vous étiez ac­trice de ka­bu­ki à mi-temps ? A.

“Non mais, en vrai, ton mé­tier, c’est quoi ?”

“C’est drôle, mon ex était chan­teuse de nô, vous

B.

de­vriez vous ren­con­trer !”

“Que penses-tu du jeu de Ta­ma­sa­bu­rô Ban­dô ?”

“Et si­non, tu es al­lée voir quoi, der­niè­re­ment, au ci­né­ma ?”

C.

D.

Il a fi­ni par vous sé­duire car il vous a cho­pé(e)... A.

Aux zy­go­ma­tiques : il est vrai­ment trop drôle !

Un rhume : il est vrai­ment trop mi­gnon, avec ses grands yeux fié­vreux !

Les der­nières places pour le concert que vous rê­viez d’al­ler voir : il est vrai­ment trop at­ten­tion­né !

Dans un taxi : il est vrai­ment trop rrr­rhhh !

B.

C.

D.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.