AN­TENNE ROSE

Be - - TOUT DE SUITE - —GAËL L E BELLEGO

AVEC LE RE­TOUR DE L’ÉMIS­SION

CULTE “LOVIN’FUN”, LE SEXE S’OFFRE UN PLAN FM.

ton corps change.” Ce gim­mick culte, les ex-fans de “Nulle Part Ailleurs” sur Ca­nal + ne l’ont pas ou­blié. An­toine de Caunes et Jo­sé Gar­cia sin­geaient “Lovin’Fun”, le talk de Fun Ra­dio, et ses ani­ma­teurs Doc et Di­fool. De 1992 à 1998, des au­di­teurs s’y li­vraient par mil­liers, pour par­ler d’amour avec un grand Q. Dès la ren­trée, le pro­gramme re­fait sur­face. Ka­rel, pro­duit mai­son – qui ani­me­ra avec la jo­lie Ka­ri­ma Char­ni (W9) et le Doc d’ori­gine, Ch­ris­tian Spitz –, se frotte les mains : “Les libres-an­tennes sont de­ve­nues des shows où l’au­di­teur est un pré­texte pour sor­tir une vanne. Plus per­sonne ne les écoute vrai­ment. Nous, on va le faire.” C’est vite ou­blier Bri­gitte La­haie, sur RMC, ou “Point G comme Giu­lia”, sur Le Mouv’, mais bon. Les filles parlent-elles de cul au­tre­ment qu’il y a vingt ans ? Pour Ka­rel, “les pra­tiques sexuelles semblent plus libres, la fel­la­tion ou la so­do­mie se sont ba­na­li­sées. Et même s’il reste des pu­deurs, les femmes se sont li­bé­rées et parlent plus cash, alors que les mecs ont « ro­man­ti­sé » leur dis­cours. Ça doit être l’ef­fet Nabilla, la té­lé-réa­li­té...” Ka­rel, avant de rac­cro­cher, nous ras­sure : “Au­jourd’hui, pas mal d’émis­sions ra­dio bi­donnent, avec de faux au­di­teurs brie­fés avant in­ter­ven­tion. Des filles doivent jouer les chau­dasses pour faire mon­ter les au­diences ! Dans “Lovin’Fun”, ce se­ront de vrais té­moi­gnages.” Chaud de­dans. “Lovin’Fun”, sur Fun Ra­dio, du lun­di au jeu­di, de 20 heures à 23 heures.

“Ce n’est pas sale,

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.