Pop­py De­le­vingne : fashion trip à To­kyo

Be - - SOMMAIRE - — PRO­POS RE­CUEILLIS PAR KATELL POULIQUEN

La so­cia­lite et man­ne­quin a joué les en­voyées spé­ciales pour “Be” lors d’une soi­rée Louis Vuit­ton. Où l’on croise Kate Moss, Ca­the­rine De­neuve et quelques créa­tures ka­waï.

Une folle nuit, lost in pa­ra­dise... Le 29 août der­nier, Louis Vuit­ton a or­ga­ni­sé une fête fa­bu­leuse au To­kyo Sta­tion Ho­tel, my­thique bâ­tisse sur­plom­bant la gare de la ca­pi­tale ja­po­naise de­puis 1914, et lon­gue­ment ré­no­vée. L’évé­ne­ment, cé­lé­bra­tion des muses de la mai­son, de Kate Moss à Fran­coise Sa­gan, de Ca­the­rine De­neuve à So­fia Cop­po­la, était un clin d’oeil au bal mas­qué noir et blanc de Tru­man Ca­pote, qui s’était te­nu à New York en 1966. “Si vous n’en êtes pas, vous n’êtes rien”, avait dit à l’époque l’au­teur amé­ri­cain. Cette fois, grâce à Pop­py, “Be” en était ! La so­cia­lite bri­tish a shoo­té pour nous le meilleur de sa ba­lade to­kyoïte et nous ra­conte.

Par­mi les muses de Louis Vuit­ton, les­quelles vous touchent le plus ?

Kate Moss est LA muse de ma gé­né­ra­tion. Elle a une al­lure co­ol et fa­cile, avec tou­jours un soup­çon de rock’n’roll. J’ad­mire son par­cours comme top. Et elle in­vite tous les ados un peu ori­gi­naux à suivre leurs rêves. Sans par­ler de ses pom­mettes à cro­quer ! Mais mon ins­pi­ra­trice ul­time reste sû­re­ment Ca­the­rine De­neuve, elle est dé­li­cieuse. C’est l’une des plus fra­cas­santes beau­tés blondes qui soient. Quand je l’ai vue dans “Belle de Jour”, ça a été le coup de foudre. Son look est si frenchy, un chic sans com­pa­rai­son. Je l’ad­mire pour la ma­gie et le mys­tère qui émanent d’elle, et qui ré­sonnent dans ses films.

Vos im­pres­sions sur To­kyo ? Et sur le To­kyo Sta­tion Ho­tel ?

Cette ville – c’était ma pre­mière fois ! – m’a pa­ru unique. Et l’hô­tel, plan­té en pleine gare, est vrai­ment dé­ment : l’ar­chi­tec­ture est tout à fait hors normes pour To­kyo. Quand il a été construit au dé­but du siècle der­nier, le bâ­ti­ment s’in­pi­rait du style Re­nais­sance, avec trois larges dômes – des dé­tails que l’on re­trouve dans l’hô­tel ré­cem­ment ré­no­vé. Évi­dem­ment, je me suis aus­si ini­tiée au sa­ké et au ka­rao­ké !

Quelle était votre te­nue de voyage ?

Quand je voyage, pour­vu que j’aie mon sac Ca­pu­cines de Louis Vuit­ton, en ver­sion rouge, je suis heu­reuse...

Comment avez-vous choi­si votre look de soi­rée ? Y avait-il des ré­fé­rences ?

J’ai choi­si une mi­ni­robe en tweed pour sa forme 60s un peu ba­by doll. Et ma queue-de-che­val peut être vue comme un clin d’oeil à Ca­the­rine De­neuve dans les 60s, pour­quoi pas ?

Quelle se­ra votre al­lure pour cet hi­ver ?

Une pe­tite robe noire Alaïa vin­tage. Une jupe brillante Marc Jaobs. Et mon sac Vi­vienne de Vuit­ton (ci-des­sus), que je porte tous les jours.

Vos adresses confi­den­tielles to­kyoïtes ?

Le quar­tier de Shi­buya, et plus pré­ci­sé­ment à Ha­ra­ju­ku, où l’on voit dé­am­bu­ler toutes sortes de lo­li­tas et de cos­players. Et je suis de­ve­nue dingue de la bou­tique de jouets Kid­dy Land, pa­ra­dis de la cul­ture ka­waï...

Lost in trans­la­tion, Pop­py ? Non. Mais

sur les pas de So­fia Cop­po­la, oui.

Quelques muses Louis Vuit­ton en Tech­ni­co­lor.

“Une pe­tite soif ? Un dis­tri­bu­teur ty­pi­que­ment to­kyoïte.”

“Quelques nou­veaux amis ren­con­trés sur mon che­min...”

“Le cou­cher de so­leil le plus doux que j’aie ja­mais vu !”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.