LA SKIN ROU­TINE

Be - - TEINT -

Les pré­pa­ra­tifs Au dé­ma­quillage, on pré­fère une crème onc­tueuse. À mas­ser du bout des doigts pour dé­col­ler toutes les im­pu­re­tés et dé­jà in­fu­ser la peau en eau et en corps gras. Place en­suite au sé­rum. Char­gé en acide hya­lu­ro­nique, urée ou tout autre com­po­sant hy­dra­tant dé­jà pré­sent dans l’épi­derme, il en­ri­chit son as­pect pul­peux. Sur­tout sui­vi d’une crème nour­ris­sante, mais non grasse qui par­achève sa tex­ture dense et sen­suelle. Les grands prin­cipes Per­fec­tion­niste, on neu­tra­lise d’abord toute co­lo­ra­tion sus­pecte avec une fine couche de CC cream ou de base co­lo­rée sur le centre du vi­sage. En­suite, on choi­sit entre l’un des deux fonds de teint ul­tra so­phis­ti­qués du mo­ment – le com­pact cré­meux ou le sé­rum pig­men­té – à po­ser au pin­ceau pour un fi­ni ra­cé. Mode d’em­ploi ? On pose des touches aux quatre coins du vi­sage puis on étire de l’in­té­rieur vers l’ex­té­rieur. Le se­cret ? “Su­per­po­ser de fines couches de ma­tière fa­çon pein­ture de maître. On mo­dule les vo­lumes du vi­sage en op­tant pour un fond de teint un ton plus fon­cé sous les pom­mettes, sous le men­ton et sur les tempes”, ré­vèle la ma­quilleuse de stu­dio Eny Whi­te­head. Les fi­ni­tions Belle de jour, on fi­nit au blush vieux rose dans le creux de la joue. Bombe de nuit, on sculpte la pom­mette à la terre de so­leil.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.