GON­FLÉE À BLOC, MAIS POUR­QUOI ?

Be - - NUTRI -

Des­ser­rer sa cein­ture de deux crans après un re­pas co­pieux n’a rien d’alar­mant. Moins nor­mal, l’ef­fet ventre rond après un dé­jeu­ner light peut avoir plu­sieurs ori­gines. D’abord, une nour­ri­ture trop riche en sucre et graisses et que l’on avale sur le pouce et sans mâ­cher cor­rec­te­ment. En­suite, un pic de stress dou­ble­ment né­ga­tif : l’an­goisse dé­na­ture la flore in­tes­ti­nale, et on se met à pro­duire du cor­ti­sol, ce qui nous fait sto­cker un maxi­mum d’eau. En­fin, une hy­per­sen­si­bi­li­té à un ali­ment que l’on consomme quo­ti­dien­ne­ment et dont les en­zymes né­ces­saires à sa di­ges­tion ne sont pas fa­bri­qués par le corps. Un phé­no­mène en pro­gres­sion constante qui tou­che­rait en France entre 2,1 % et 3,8 % de la po­pu­la­tion se­lon l’Agence na­tio­nale char­gée de la sé­cu­ri­té sa­ni­taire de l’ali­men­ta­tion, de l’en­vi­ron­ne­ment et du tra­vail (Anses). Dans le pe­lo­ton de tête des in­to­lé­rances, on re­cense lait de vache, glu­ten, oeufs, laits de bre­bis et de chèvre. Les cou­pables du gon­fle­ment des doigts ou des pieds ? 1. La ré­ten­tion d’eau, c’est-à-dire un dé­rè­gle­ment qui em­pêche le corps d’éli­mi­ner cor­rec­te­ment les li­quides qu’il ab­sorbe sous forme de bois­sons ou d’ali­ments. 2. L’in­suf­fi­sance vei­neuse (ca­rac­té­ri­sée par la sen­sa­tion de jambes lourdes) qui peut être liée à des fac­teurs gé­né­tiques, dié­té­tiques (une ali­men­ta­tion pauvre en an­ti­oxy­dants) et au mode de vie (sé­den­ta­ri­té, ta­bac). 3. Une fluc­tua­tion hor­mo­nale du­rant la pé­riode pré­mens­truelle, qui fa­vo­rise la ré­ten­tion d’eau au ni­veau du ventre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.