Clé­mence Poé­sy : “Vi­ve­ment une co­mé­die !”

Be - - SOMMAIRE - — PRO­POS RE­CUEILLIS PAR GAËL LE BELLEGO

QUAND CLÉ­MENCE POÉ­SY JOUE, ELLE AF­FICHE UN AIR GRAVE. ALORS QU’EN VRAI, C’EST UN FOU RIRE PAR JOUR.

lé­mence Poé­sy a la beau­té d’un alexan­drin : aé­rienne, elle re­tombe tou­jours sur ses pieds. On la re­trouve au fond d’un bis­trot du Ma­rais, dans un brou­ha­ha de four­chettes. Sou­riante, loin du vi­sage fer­mé de fli­quette qu’elle montre dans la sé­rie “Tun­nel”.

CQuel en­droit bo­bo, ici !

Ah ? C’est juste pratique pour moi, j’ha­bite pas loin. J’es­père ne pas en être une, je n’aime pas les éti­quettes.

Dans “Tun­nel”, on est loin de Bo­bo­land en tout cas...

Oui ! Je joue un of­fi­cier de la crim confron­té à un meurtre bi­zarre : une femme cou­pée en deux a été trou­vée dans le tun­nel sous la Manche.

Un vrai rôle de mec...

“Tun­nel” est adap­té de la sé­rie da­noise “Bron”. En Scan­di­na­vie, il y a un ef­fort éga­li­taire, hommes et femmes sont mis sur le même plan. Ça m’a per­mis d’ex­té­rio­ri­ser ma part mas­cu­line. C’est co­ol de voir des per­son­nages fé­mi­nins qui ne sont ni la femme de ni la fille du.

Fa­cile de res­ter sé­rieux du­rant les scènes chocs ? À la morgue...

Je me mar­rais entre les prises, comme un exu­toire ! J’ai ado­ré tri­po­ter les corps en si­li­cone, drôle de ma­tière. Sur le tour­nage, ils n’ar­rê­taient pas de me dire : “Ar­rête Clé­mence, tu vas les abî­mer !” [Rires.]

Le rire a quelque chose d’im­pu­dique. Comme se mon­trer nue, peut-être...

Je mets la pu­deur ailleurs. Par exemple, dé­bal­ler ma vie pri­vée aux mé­dias. La nu­di­té ne me pose pas de pro­blème, je suis en ac­cord avec mon corps, par la danse et le yo­ga. C’est un ins­tru­ment de tra­vail. Le pro­blème après, c’est Internet... On y trouve des images de soi – jo­lies, utiles dans un film – sor­ties du contexte, dé­tour­nées, com­men­tées. Moches, du coup.

Vous êtes es­tam­pillée “mode”. Ça ne brouille pas votre image d’ac­trice ?

Il y en a d’autres, des ac­trices, sur les front rows des dé­fi­lés ! La mode m’in­té­resse comme d’autres choses. Ce sont sou­vent les jour­na­listes qui m’em­mènent sur ce ter­rain. Ça leur per­met de pla­cer des noms de marque.

Jus­te­ment, vous me ci­te­riez un créa­teur que vous ado­rez ?

Er­dem. Un ami. Un ta­lent pur. “Tun­nel”, de Do­mi­nik Moll. Le lun­di à 20h55 sur Ca­nal +. À par­tir du 11 no­vembre. Et au théâtre : “Je danse tou­jours”, de Ti­mo­thée de Fom­belle. À la Pé­pi­nière Théâtre, Pa­ris 2.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.