Le syn­drome de Stock­holm

Be - - SOMMAIRE - —ANNE- LAURE GRI­VEAU

DU CAR­TON D’ICONA POP AU MIL­LION DE SINGLES ÉCOU­LÉS PAR AVI­CII, LES SUÉDOIS

SONT PAR­TOUT. OUI, MAIS, VARFÖR ?

vi­cii et Icona Pop, mais aus­si The Knife, Lykke Li ou Pe­ter Bjorn & John : leur maî­trise par­faite de la langue an­glaise (du look aus­si) les fait sou­vent pas­ser pour des Bri­tan­niques ou des Amé­ri­cains. Il n’en est pour­tant rien. Tous sont suédois. Comme Ab­ba. Et à l’ins­tar de leurs illustres aînés eu­ro­vi­sion­nés, leurs tubes fonc­tionnent tant à l’étran­ger que la Suède est dé­sor­mais le troi­sième ex­por­ta­teur de mu­sique au monde, der­rière les États-Unis et la Grande-Bre­tagne (le pre­mier, si on le rap­porte à ses 10 mil­lions d’ha­bi­tants). Le phé­no­mène n’est pas nou­veau (Dr Al­ban, The Car­di­gans, Ace of Base), mais exit la soupe mains­tream made in Scan­di­na­vie : c’est le son de toute une scène in­dé faite de chan­teurs-com­po­si­teurs qui nous en­va­hit au­jourd’hui. Par­mi eux, El­li­phant*, Frida Sun­de­mo, Faye, Kate Boy**... Au Royaume de Carl XVI Gus­taf, la mu­sique est (presque) gé­né­tique. Po­li­tique aus­si. En­vi­ron 30 % du bud­get de la culture est ain­si al­loué à l’édu­ca­tion ar­tis­tique, mu­si­cale no­tam­ment. Ré­cem­ment en­core, l’ap­pren­tis­sage d’un ins­tru­ment était obli­ga­toire pen­dant toute la sco­la­ri­té. Et d’im­por­tantes sub­ven­tions viennent sou­te­nir cette sen­si­bi­li­sa­tion. Stock­holm est la ville qui compte le plus de stu­dios d’en­re­gis­tre­ment par ha­bi­tant. Elle est même sou­vent com­pa­rée à Na­sh­ville, ca­pi­tale de la pro­duc­tion rock dans les an­nées 60. Aus­si parce qu’une ar­mée de com­po­si­teurs suédois y pro­duit, par­fois se­crè­te­ment, les hits du monde en­tier. Max Mar­tin, Karl Jo­han Schus­ter (aka Shell­back), An­ders Bagge et An­thor Bir­gis­son sont les plus connus. Sans eux, pas de “Oops I Did It Again” pour Brit­ney Spears, de “I Kis­sed a Girl” pour Ka­ty Per­ry, ou de “So What” pour Pink. Pas de Spo­ti­fy, non plus. In­ven­teur du cé­lèbre site d’écoute en ligne par abon­ne­ment payant, la Suède est aus­si à l’avant­garde du mar­ché de la mu­sique. Grâce à une po­li­tique de dé­ve­lop­pe­ment du strea­ming lé­gal, qui re­pré­sente de­puis 2012 plus de la moi­tié du chiffre d’af­faires du bu­si­ness, elle est un des seuls ter­ri­toires où l’in­dus­trie ne plonge pas. Klapp klapp !

A*El­li­phant, “Could it Be”, à écou­ter sur sound­cloud.com/ el­li­phant­mu­sic et pre­mier al­bum à ve­nir chez Ten Mu­sic (ten.se). **Kate Boy, en concert à Pa­ris le 31 oc­tobre (La Ma­chine du Mou­lin Rouge) et le 16 no­vembre au Mans (Fes­ti­val Be Bop). Pre­mier al­bum en pré­pa­ra­tion chez I Am Sound Re­cords.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.