L’art mise sur la ruine

Be - - SOMMAIRE - —AMANDINE GROS SE

DÀ L’ÉCRAN OU SUR PEL­LI­CULE, LES FEMMES QUI ONT TOUT PER­DU SONT

DES HÉ­ROÏNES EN CRISE. LA PREUVE PAR DEUX.

ans “Blue Jas­mine”, Woo­dy Al­len nous en­traîne dans la dé­grin­go­lade so­ciale et les dé­lires tra­gi-co­miques d’une néo-bour­geoise rui­née par un ma­ri es­croc et vo­lage. Un écho à l’af­faire Ma­doff et un angle qui semble ti­tiller l’ins­pi­ra­tion d’ar­tistes made in USA : ce­lui de des­tins fé­mi­nins bri­sés par la ruine su­bite. La sor­tie de l’ou­vrage “Art­book Cir­cum­stance”* surfe lui aus­si sur le su­jet et re­trace en images l’iti­né­raire hu­main et ar­tis­tique du duo de pho­to­graphes For­men­to&For­men­to. En 2009, alors que les États-Unis su­bissent de plein fouet la crise des sub­primes, le couple part cinq mois à tra­vers vingt-cinq États à la ren­contre de cin­quante femmes, vic­times col­la­té­rales : “Nous avons em­bar­qué à bord de notre ca­ra­vane avec l’idée de tra­ver­ser le pays et de cap­tu­rer notre idée de l’Amé­rique. À ce mo­ment-là, les États-Unis tra­ver­saient une pé­riode rude et in­cer­taine. À me­sure que le voyage avan­çait, les dé­cou­vertes et les ren­contres ont am­pli­fié le pro­jet.” En pho­to­gra­phiant ces femmes sur des lieux de tran­sit, le duo d’ar­tistes met en exergue l’in­cer­ti­tude liée à la perte. Les mises en scène, dra­ma­tiques et so­phis­ti­quées, s’ins­pirent de la mode et du ci­né­ma des an­nées 50 et 60. Tan­dis que les mo­dèles, ano­nymes et man­ne­quins (aux his­toires bien réelles), semblent s’être échap­pées d’une scène hit­ch­co­ckienne ou d’un film de Da­vid Lynch. Les cli­chés, su­blimes, sont ras­sem­blés dans un livre si­gné et nu­mé­ro­té, pu­blié à deux mille exem­plaires et édi­té par la ga­le­rie Yel­low Kor­ner. *“Art­book Cir­cum­stance”, de For­men­to&For­men­to (Yel­low Kor­ner Édi­tions).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.