Pleines lunes

Be - - SOMMAIRE - — GAËL LE BELLEGO

CDANS LEURS CLIPS OU SUR TWIT­TER, RI­HAN­NA, MI­LEY CY­RUS & CO.

AF­FICHENT UN NOU­VEAU VI­SAGE. EN­FIN, DE DOS...

ou­cou ! c’est qui ? De­vi­nette à part, les fesses cé­lèbres sont les nou­velles pho­tos d’iden­ti­té. Ar­cim­bol­do, peintre de la Re­nais­sance, rem­pla­çait les vi­sages par des fruits et lé­gumes ; Ri­han­na et les autres montrent, elles, leur plus beau sou­rire ver­ti­cal. De­puis peu, un ex­hi­bi­tion­nisme dé­con­trac­té du der­rière sé­vit dans des clips hu­mides : Mi­ley Cy­rus, entre deux twerks, à che­val sur une énorme couille en mé­tal sur “Wre­cking Ball” ou en bo­dy fi­celle pour le pho­to­graphe Ter­ry Ri­chard­son ; Ig­gy Aza­lea, en dan­seuse ca­rio­ca à string glit­ter sur “Change Your Life” ; ou Ri­ri dans “Pour It Up”, s’agi­tant du po­po­tin... Sur Twit­ter, mêmes plans de croupe : Ke$ha en dog­gy style (et avec un T-shirt à l’ins­crip­tion “High Fa­shion” flé­chée vers son pos­té­rieur), Kim Kar­da­shian en séance “sel­fie” (“re­gar­dez, mes fans, j’ai re­trou­vé mes formes”) ou Ni­cki Mi­naj, ac­crou­pie en string à cô­té d’un boud­dha. Juste pour le lol ? Certes, se­lon un prin­cipe éter­nel, plus c’est cul, plus c’est culte (“Pour It Up” a été vu par 52 mil­lions de per­sonnes), ça va sans dire. Mais en­core ? Le so­cio­logue Jean-Claude Kauf­mann* nous éclaire : “Re­gar­dez-les. Elles sont rondes, dé­com­plexées, en mou­ve­ment, vi­vantes. Ces fesses, in­fluence et code de beau­té des pays du Sud, sont une ré­ac­tion à l’ul­tra­min­ceur et à la sé­che­resse de ceux du Nord. Elles ex­priment la joie, les cou­leurs, la fier­té de leurs mou­ve­ments.” Ça, oui, elles ex­priment, et par­fois plus que la chan­son elle-même. D’où ce dic­ton peut-être, po­te­lé à sou­hait : “Parle à mon cul, ma voix est ma­lade.” *Au­teur de “La Guerre des fesses” (éd. JC Lat­tès).

MA­DON­NA

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.