To be or not to be ? Jeunes filles en fleurs

Be - - SOMMAIRE - — FA­BIEN CONSTANT

GLY­CINES, P­QUE­RETTES ET CO­QUE­LI­COTS : LA MODE DE L’ÉTÉ PRO­CHAIN

BU­TINE SÉ­VÈRE. FA­BIEN CONSTANT EN EST TOUT ÉMOUS­TILLÉ.

BBon là, c’est Noël. Le ciel est gris, enen­fin… quand on voit le ciel parce qu’il fa­fait nuit vingt heures par jour. Vous aa­vez le mo­ral à zé­ro. La li­bi­do à – 23. IIl est temps de pen­ser à des jours mmeilleurs et, mer­ci mon Dieu, la mode eest là pour ça. Parce que, dès jan­vier, ddé­barquent dans les ma­ga­sins lles col­lec­tions prin­temps-été 2014. EEt les créa­teurs ont tous pen­sé... fleurs ! Bon, là vous ima­gi­ne­zi­ma­gi que je vais vous ra­con­ter que “les fleurs, ça donne le mo­ral” et que “la vie, c’est comme une paire de draps Lau­ra Ash­ley”. Non. Point de cy­nisme, vous pou­vez aus­si prendre la nou­velle avec joie. Sau­tiller à l’idée de vous cou­ler dans les dentelles de fleurs de Bur­ber­ry. Vous tré­mous­ser à l’idée de vous rou­ler dans les nymphéas de Balenciaga par Alexander Wang. Bon ok, ils sont gris et blanc, les nymphéas, mais Alexander Wang qui fait des fleurs, c’est un peu comme si Na­billa fai­sait les mots croi­sés du “New York Times” en ren­trant chez elle le sa­me­di soir après avoir ani­mé une soi­rée-dé­bat au ca­fé des phi­lo­sophes : ça n’existe pas ! Et sans même vous en rendre compte, vous avez la pâ­que­rette en flo­rai­son chez Stel­la McCart­ney, le co­que­li­cot qui s’af­fole chez Isabel Ma­rant, la gly­cine qui dé­borde chez Dior. Vous trou­vez sou­dain les mous­taches de Ni­co­las le Jar­di­nier à tom­ber. Vous avez en­vie de tâ­ter de l’im­pri­mé Ralph Lau­ren fleu­ri noir et blanc fa­çon Toile de Jouy, oh oui ! Vas-y, re­dé­core-moi la per­go­la sur ma robe Mi­chael Kors. Vous kif­fez les hi­bis­cus. Vous ba­vez de­vant la col­lec­tion Dries Van No­ten et ses bour­geons gref­fés sur les épaules, genre “em­brasse-moi dans le cou et tu au­ras ma fleur”. Vous êtes une liane chez Ken­zo, un bam­bou élan­cé dans une fo­rêt hu­mide de l’Asie. Vite, trou­vez-moi un pan­da pour me brou­ter tout ça. Vous bour­geon­nez de­vant la col­lec­tion très scien­ti­fique de Ch­ris­to­pher Kane aux mo­tifs de fleurs pu­nai­sés comme dans un her­bier Dey­rolle. Vous êtes un pa­pillon épin­glé au mur. D’ailleurs, Va­nes­sa Bru­no, elle, a vi­ré la fleur pour pas­ser di­rect au mo­tif pa­pillon après bu­ti­nage. Vous êtes toute cham­bou­lée. Même “Si­lence, ça pousse”, sur France 5, sonne comme le plus tri­vial des por­nos. Et là, d’un coup, il fait chaud. Voi­là, c’est ce qui vous at­tend dès jan­vier en ma­ga­sin. Eh oui la mode peut aus­si ser­vir à se faire des mon­tées d’hor­mones. Je vous laisse, y a votre mec qui rentre. Pro­fi­tez-en. Ne me re­mer­ciez pas, j’suis là pour ça.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.