En­semble, c’est mieux !

Be - - SOMMAIRE - — VIOLAINE SCHÜTZ

LES SUF­FRA­GETTES RA­DIO­PHO­NIQUES

DES GANGS DE FILLES SÉ­VISSENT DANS LES MÉ­DIAS, LA MU­SIQUE ET AILLEURS,

POUR SE FAIRE EN­TENDRE. RE­VUE DES TROUPES.

“Les yeux ri­vés sur le monde, nos villes, l’ailleurs, les hus­sardes partent en éclai­reuses, battent et prennent le pouls du ter­rain pour vous pro­po­ser une mise en ondes des pra­tiques qui in­ventent un monde nou­veau, plus juste, plus to­lé­rant, plus sexy, plus in­tel­ligent” : voi­là com­ment se dé­fi­nit la nou­velle émis­sion so­cié­tale di­gi­tale “À La Hus­sarde”*, sur Ra­dio Ma­rais, ima­gi­née par des filles is­sues de dif­fé­rents mi­lieux (ci­né­ma, jour­na­lisme, re­la­tions pu­bliques). Macha Binot, l’ins­ti­ga­trice du pro­jet, ex­plique que son crew “per­met de cas­ser le cadre de la pen­sée in­di­vi­dua­liste que cha­cun se crée et de voir les choses sous un autre prisme. La ques­tion de l’en­semble ne se pose même pas, c’est na­tu­rel et ins­tinc­tif. Ça per­met une ef­fer­ves­cence et des dé­bats qui montent haut et se pro­longent une fois l’an­tenne ren­due. Dans le fait de se fé­dé­rer, il y a quelque chose d’en­ga­gé, qui fait écho à un ras-le-bol gé­né­ral. C’est notre ma­nière de nous en­rô­ler dans cette mou­vance qui consiste à vou­loir faire avan­cer les choses.”

LES FÉ­MI­NISTES 2.0

L’union fait la force. C’est ce que l’on pense en voyant les trois fon­da­trices du pu­re­player Cheek Ma­ga­zine**, le buzz mé­dia­tique de cette fin d’an­née. Les jour­na­listes Ju­lia Tis­sier, My­riam Le­vain et Faus­tine Ko­pie­jws­ki (en photo ci-des­sous), la pe­tite tren­taine, ont fait leurs armes à “Be” avant de mon­ter un ma­ga­zine di­gi­tal “fé­mi­nin et différent”. Leur dif­fé­rence ? Une to­na­li­té fé­mi­niste, des su­jets pas seule­ment cen­trés sur le shop­ping et le make-up mais aus­si sur la so­cié­té et la culture faites par des femmes. “On ne peut pas par­ler de girl po­wer à 100 %, mais on aime as­sez être trois chefs filles dans un uni­vers as­sez mas­cu­lin (le Web), ex­plique My­riam Le­vain. On avait dé­jà tra­vaillé en­semble donc on sa­vait que ça col­lait et qu’on était com­plé­men­taires. C’est plus sé­cu­ri­sant d’être entre amis. On se sent plus fort à plu­sieurs, no­tam­ment face à des in­ter­lo­cu­teurs. C’est aus­si ty­pique de la gé­né­ra­tion Y, de lut­ter contre les dif­fi­cul­tés par la so­li­da­ri­té et la va­leur du col­lec­tif.”

LE CREW DE RÉ­CRÉ

Le trio fé­mi­nin Girls Girls Girls*** qui of­fi­cie der­rière les pla­tines – em­me­né par la pé­tillante Louise Chen, pas en­core 30 ans et chro­ni­queuse sur Ca­nal +, ac­com­pa­gnée de Piu Piu et Bet­ty (en photo ci-des­sous)–, fait preuve du même bel es­prit de ca­ma­ra­de­rie. “Mon­ter un col­lec­tif mul­ti­plie les forces, élar­git notre champ d’ac­tion. On ap­prend tous les jours les unes des autres. On ose plus que si on res­tait cha­cune de notre cô­té. Le cô­té girl po­wer est ve­nu du fait qu’on se mo­tive les unes les autres, qu’on se pousse dans la vie pro­fes­sion­nelle. On a en­vie que le monde voie com­bien nos meufs ont du ta­lent. On ne recherche pas par­ti­cu­liè­re­ment l’ad­mi­ra­tion des gar­çons, mais c’est im­por­tant d’im­pres­sion­ner les na­nas de notre groupe.” *À La Hus­sarde”, le mer­cre­di (une fois par mois), 20 h, ra­dio­ma­rais.fm **cheek­ma­ga­zine.fr *** gg­girls­girls­girls.tum­blr.com

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.