Le coeur­rier de Fio­na Sch­midt

Be - - SOMMAIRE -

VOUS AVEZ DES QUES­TIONS SUR L’AMOUR AVEC UN GRAND A (OU UN PE­TIT Q) ?

FIO­NA SCH­MIDT A LES RÉ­PONSES.

dif­fé­rem­ment, j’ai même re­mar­qué qu’elle avait des jambes sous sa jupe Miu Miu croi­sière, au­tom­ne­hi­ver 2012, c’est vous dire ! Pour­tant, je ne suis pas les­bienne – du moins, pas à ma connais­sance. J’ai même un fian­cé, qui me re­garde comme si j’avais une sur­prise à l’in­té­rieur à chaque fois que je lui fais la bise (sans la langue) (à ma voi­sine). Se­rais-je ho­mo, ou au moins, air-les­bienne ? Et que faire de ma voi­sine ? Je vous em­brasse. Où vous vou­lez. —Élise Chère Élise, Hum, di­sons, la joue ? Sans avoir be­soin de pour­suivre l’exa­men (re­bou­ton­nez donc votre che­mi­sier), il me semble que vous êtes vic­time de Ca­the­rine De­neu­vi­tude, cette ma­la­die qui consiste à se prendre pour l’ac­trice, ou du moins, à confondre vie réelle et vie au ci­né­ma. J’ai moi-même long­temps pen­sé que je ma­niais le sabre à la per­fec­tion, comme Uma Thur­man dans “Kill Bill”, alors que pas du tout !, vous di­rait mon Mon­sieur, Voi­ci deux ans main­te­nant que j’en­tre­tiens une relation pas­sion­nelle et très en­ri­chis­sante avec un homme qui ne sou­haite pas di­vor­cer, ni dor­mir chez moi ni m’em­me­ner dî­ner de­hors ou me pré­sen­ter à ses amis. De­puis que je leur ra­conte mon bon­heur, mes amies pré­tendent qu’il se fout de ma gueule du front au men­ton. À mon avis, elles sont ja­louses, mais pour en être bien sûre : pen­sez­vous qu’elles aient rai­son ? Mer­ci —So­phie-Anne Chère So­phie-Anne, Oui. Bien à vous. —Fio­na

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.