Real people : de beaux en­tre­pre­neurs

ILS ONT LAN­CÉ LE BU­SI­NESS DONT ILS RÊ­VAIENT. L’ES­PRIT D’INI­TIA­TIVE EST LE POINT COM­MUN DE CEUX QUI IN­VENTENT LA BEAU­TÉ DE DE­MAIN.

Be - - SOMMAIRE - JUPE, COMP­TOIR DES CO­TON­NIERS. BAGUE SER­PENT, ES­THER VI­NA 1950. BI­JOUX PER­SOS.

LI­LI 22 ans, nail ar­tist et fon­da­trice de Ve­nice Pimp My Nails

Votre par­cours ? Il y a trois ans, j’ai vu des pho­tos de nail art, et c’est de­ve­nu une pas­sion. J’en fai­sais sur moi, mes co­pines... En 2011, j’ai lan­cé ma page Fa­ce­book et pris un bou­lot à mi-temps. Un an après, j’ai tout ar­rê­té pour me consa­crer au nail art. J’ai le sta­tut d’au­toen­tre­pre­neur et je re­çois chez moi. La plus grosse ga­lère ? Gé­rer l’an­goisse de savoir si j’ai pris la bonne dé­ci­sion. La meilleure sur­prise ? L’e-mail in­at­ten­du des édi­tions Ma­ra­bout qui m’ont de­man­dé d’écrire un bou­quin sur le nail art. Il vient de sor­tir [“Nail Art par Ve­nice”]. Un conseil ? Faire les choses par pas­sion, le nail art de­mande de la pa­tience. Si vous étiez votre propre cliente ? Je vou­drais dix mo­tifs dif­fé­rents et fla­shy. L’avan­tage d’être son propre pa­tron ? On a plus d’au­dace quand on tra­vaille pour soi-même. L’in­con­vé­nient ? L’ar­gent ne rentre pas quand tu pars en va­cances. Dans cinq ans ? J’es­père être pré­sente à l’in­ter­na­tio­nal et m’ins­tal­ler aux USA. fa­ce­book.com/Pimp­my­nails­by­li­lin­guyen. 20, rue Da­nielle-Ca­sa­no­va, Pa­ris 2.

CA­ROLE 26 ans, es­thé­ti­cienne spé­cia­liste du sour­cil, et fon­da­trice de Ca­role & Brows

Votre par­cours ? En cin­quième, j’ai com­men­cé à épi­ler mes sour­cils, ça a chan­gé ma vie. Après un bac pro, un BTS cos­mé­tique et une li­cence pro bien-être et soin, j’ai tra­vaillé en par­fu­me­rie puis à L’Ate­lier du Sour­cil, à Pa­ris. En­suite, j’ai créé ma page Fa­ce­book. Les de­mandes pleu­vaient. J’ai donc dé­ci­dé de mon­ter ma so­cié­té, Ca­role & Brows.

La plus grosse ga­lère ? Trou­ver les fonds pour lan­cer ma struc­ture et gé­rer la par­tie ad­mi­nis­tra­tive. Un conseil ? Beau­coup de gens m’ont dit que je n’y ar­ri­ve­rais pas, même par­mi mes profs ! Il faut n’écou­ter que les bonnes ondes. Si vous étiez votre propre cliente ? J’ap­pré­cie­rais mon sens du dé­tail. Je tra­vaille avec une lampe torche...

L’avan­tage d’être son propre pa­tron ? On a plus d’au­dace quand on tra­vaille pour soi-même. L’in­con­vé­nient ? Je ne m’ar­rête ja­mais. Je bosse même le di­manche ! Et dans cinq ans ? J’au­rai ouvert un sa­lon à Pa­ris, et j’ai­me­rais tra­vailler sur des shoo­tings pour des ma­ga­zines. Contact : ca­ro­leand­brows@gmail.com. Ins­ta­gram : ca­ro­leand­brows

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.