À qui joue Beyon­cé ?

LE 13 DÉ­CEMBRE DER­NIER, LA DI­VA SOR­TAIT SON AL­BUM ÉPO­NYME SUR­PRISE, VENDUÀ 828 773 EXEM­PLAIRES* EN TROIS JOURS.

Be - - SOMMAIRE - — VIOLAINE SCHÜTZ

Dans les dix-sept clips qui ac­com­pagnent le disque, Queen B ren­voie Mi­ley et ses consoeurs jouer dans leur bac à sable, en s’ins­pi­rant de fi­gures icô­niques. Dé­co­dage.

Oli­via New­ton John dans “Blow” Es­thé­tique 70s et 80s, leg­gings, cou­leurs fluo, Beyon­cé fait du rol­ler dans une am­biance dis­co qui n’est pas sans rap­pe­ler l’uni­vers de la chan­teuse/ac­trice amé­ri­caine culte Oli­via New­ton John (époque “Xa­na­du”), long­temps consi­dé­rée comme la pe­tite fian­cée des USA. Tout un sym­bole.

Jo­sé­phine Ba­ker dans “Haun­ted” Coupe gar­çonne cran­tée, Beyon­cé (photo à droite) évoque la chan­teuse, dan­seuse, ac­trice de ca­ba­ret du dé­but du XXe siècle. “Pre­mière star noire”, la me­neuse de re­vue a sou­te­nu Mar­tin Lu­ther King.

Ma­ry J. Blige dans “Hea­ven” et “Mine” Rap­peuse, pro­duc­trice et com­po­si­trice my­thique du R’n’B des 90s, Ma­ry Jane Blige a été bap­ti­sée “Queen of Hip-Hop Soul”. La Beyon­cé vir­gi­nale (à gauche) qui ap­pa­raît à cer­tains mo­ments, lar­moyante et très gospel, rend hom­mage à la spi­ri­tua­li­té de son aî­née. Res­pect.

Ma­don­na dans “Drunk In Love”... La Ma­don­na tout en ou­trages de “Sex” (livre sor­ti en 1992 pour ac­com­pa­gner l’al­bum “Ero­ti­ca”) est om­ni­pré­sente dans le “Beyon­cé” 2013. Une vi­sion de la sexua­li­té exa­cer­bée, mais très lé­chée (un ex­cellent noir et blanc ma­gni­fie le tout), la di­va (très sou­vent en lin­ge­rie à peine ré­in­ven­tée) trans­pire le pê­ché et vient clai­re­ment pié­ti­ner les plates-bandes de Ri­han­na.

Lo­va Moor époque Cra­zy Horse dans “Par­ti­tion” Mi­ley Cy­rus et son twerk ? La­dy Ga­ga et ses mi­cro­robes ? Le dé­col­le­té en V de Brit­ney ? L’in­ter­prète de “Cra­zy In Love” n’a pas peur. C’est ce que dé­montre un lan­gou­reux strip-tease cho­ré­gra­phié et ar­ty digne du Cra­zy Horse dans le clip de “Par­ti­tion”. Un sample vo­cal en fran­çais du mor­ceau dit : “Est-ce que tu aimes le sexe ? Le sexe, je veux dire l’ac­ti­vi­té phy­sique, le coït, tu aimes ça ? Tu ne t’in­té­resses pas au sexe ? Les hommes pensent que les fé­mi­nistes dé­testent le sexe, mais c’est une ac­ti­vi­té très sti­mu­lante et na­tu­relle que les femmes adorent.” Jay-Z est un vei­nard. Queen B is back, bitches !

L’al­bum de Beyon­cé voit grand : qua­torze chan­sons fea­tu­ring Jay-Z, Drake, Phar­rell Williams et même sa fille, Blue Ivy, et dix-sept clips si­gnés par le pape du por­no chic et bran­ché, Ter­ry Ri­chard­son et de ré­als poin­tus ve­nus de ma­ga­zines ul­tra hype comme “Da­zed And Con­fu­sed” ou “Flaunt”. La classe.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.