Georgina Sto­jilj­ko­vic, la sen­suelle

DANS LA SÉ­RIE MODE “SPLASH” (P. 96), GEORGINA STO­JILJ­KO­VIC, 25 ANS, EST MA­GNÉ­TIQUE. SA BOUCHE PUL­PEUSE ET SON RE­GARD PER­ÇANT NOUS ONT DON­NÉ EN­VIE D’EN SAVOIR PLUS SUR CETTE BEAU­TÉ SERBE.

Be - - SOMMAIRE - — PRO­POS RE­CUEILLIS PAR MOR­GANE PAU­LIS­SEN

Com­ment êtes-vous de­ve­nue man­ne­quin ?

Par ha­sard. J’ai été dé­cou­verte à 16 ans dans les rues de Bel­grade par un ta­lent scout ita­lien. En 2008, j’ai fait la cou­ver­ture de l’édi­tion fran­çaise de “Nu­mé­ro” et, en 2010, j’ai po­sé au Bré­sil aux cô­tés de Mi­ran­da Kerr, Li­ly Cole et Ro­sie Hun­ting­ton pour le my­thique ca­len­drier Pi­rel­li pho­to­gra­phié par Ter­ry Ri­chard­son. J’ai dé­fi­lé pour Ch­ris­tian Dior, Dolce & Gabbana, Her­mès et Jean Paul Gaul­tier, pour ne ci­ter qu’eux.

Réus­sir car­rière et études, c’est un casse-tête quo­ti­dien ?

Je suis en mas­ter 2 de sciences po­li­tiques à l’uni­ver­si­té de Bel­grade. L’an der­nier, j’ai échoué à cause de mes al­lers­re­tours à l’étran­ger. Je compte me rat­tra­per cette fois-ci. Mes études sont ma prio­ri­té parce que j’ai réa­li­sé que c’était ma seule op­tion pour ac­com­plir mon rêve : de­ve­nir di­plo­mate ou tra­vailler dans l’hu­ma­ni­taire.

Quel est votre uni­vers ?

J’adore la mu­sique élec­tro­nique et mé­lan­co­lique, comme The XX, et les so­no­ri­tés psy­ché­dé­liques du Ber­li­nois Nu. Ça passe en boucle sur mon iPod. Je suis fas­ci­née par l’écri­vain ja­po­nais Ha­ru­ki Mu­ra­ka­mi ; je suis en train de lire “1Q84”, c’est poi­gnant. J’aime aus­si le pop art, sur­tout Jeff Koons.

Et en mode ?

Pour moi, tout est dans la coupe et les ma­tières. J’aime les te­nues mi­ni­ma­listes, droites et confor­tables. À ce jeu-là, Rick Owens est un vir­tuose. Il su­blime le corps des femmes comme per­sonne. À New York, la bou­tique Oak pro­pose des pièces de ce genre mais à des prix ac­ces­sibles. J’ai aus­si un faible pour les pulls à mes­sage Za­dig & Vol­taire.

Quelle est votre rou­tine beau­té ?

Pour l’hy­dra­ta­tion, j’ap­plique tous les ma­tins un peu d’Ho­méo­plas­mine sur mes lèvres et une crème La Ro­chePo­say sur mon vi­sage. Pour une peau plus douce, je pose, une fois par semaine, un masque Shiseido. Et j’ai tou­jours sur moi le sty­lo Touche Éclat d’Yves Saint Laurent pour illu­mi­ner mon teint. Quand je suis fa­ti­guée, je fais une cure de deux mois de ma­gné­sium ma­rin. En France, j’adore les pa­ra­phar­ma­cies, c’est mon spot beau­té fa­vo­ri.

Un man­tra ?

Il faut s’en­tou­rer de per­sonnes op­ti­mistes. Pour réus­sir, il n’y a pas de mi­racle, on doit croire en soi et avan­cer sans ja­mais bais­ser les bras. Je n’aime pas me la­men­ter, je pré­fère m’en­tou­rer d’ondes po­si­tives.

SON KIT BEAU­TY 1. Pom­made Ho­méo­plas­mine, Boi­ron, 5,32 €. 2. Sty­lo Touche Éclat, Yves Saint Laurent, 33,50 €. 3. Masque Re­vi­ta­li­sant In­ten­sif Benefiance, Shiseido, 61 € 4. Crème Hy­dra­tante Peaux Sen­sibles Hy­dreane Lé­gère, La Roche-Po­say, 14,51 €.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.