Té­moi­gnages

Be - - DÉCRYPTAGE -

JU­LIE, 30 ANS cou­tu­rière à Pa­ris

“Je suis tom­bée sur ecris­le­moi.com au ha­sard de ma ti­me­line Fa­ce­book. Le nom m’a in­tri­guée. J’adorais écrire à mes amis quand j’étais plus jeune, et j’avais en­vie de re­trou­ver cet échange si par­ti­cu­lier. J’ai com­pris plus tard que c’était un site de ren­contre, je me suis dit : pour­quoi pas. Quand j’ai re­çu ma pre­mière lettre, je n’en re­ve­nais pas : des mots in­times et des pe­tites at­ten­tions, sur quatre pages, pas moins. Ce que j’adore, c’est dé­cryp­ter les écri­tures. Une cal­li­gra­phie ser­rée pour quel­qu’un de dis­cret, une autre très voyante pour un ex­tra­ver­ti. J’ai même re­çu une lettre écrite à la plume, j’ai trou­vé ça tel­le­ment tou­chant. Toute l’at­tente qui en­toure l’échange de cour­rier est aus­si très spé­ciale. On ima­gine ce qu’il peut être en train de faire, dans quel en­droit il a pu ré­di­ger la lettre... J’ai l’im­pres­sion que les hommes qui ont pris le temps de m’écrire me cor­res­pondent bien. On donne de soi et de son temps quand on prend la plume, donc on ne le fait que quand la per­sonne nous in­té­resse vrai­ment. Avec la dis­tance et cet échange un peu hors du temps, on ar­rive à évo­quer des su­jets très pro­fonds, comme on peut le faire avec quel­qu’un ren­con­tré dans un train alors qu’on sait qu’on ne le re­ver­ra ja­mais. Ou­vrir une de ces lettres, c’est un sentiment qu’on ne re­trouve nulle part ailleurs.”

AN­GÉ­LIQUE, 21 ANS étu­diante en His­toire à Tours

“Ce que j’aime sur ce site, c’est que rien n’est ins­tan­ta­né. Pas de chat, pas de har­cè­le­ment, pas de mes­sages lourds. J’ai tes­té d’autres sites de ren­contre avant, et ça m’a vite ta­pé sur le sys­tème : il y a le type qui veut te ren­con­trer au bout d’un quart d’heure pour vé­ri­fier que tu res­sembles bien à ta photo de pro­fil, ce­lui que tu soup­çonnes de co­pier-col­ler le même mes­sage à trente filles, ce­lui qui ne se pré­sente qu’avec des cli­chés à deux francs (le “pe­tit brin de fo­lie”, on n’en peut plus !). Par écrit, dif­fi­cile de faire sem­blant. La pre­mière lettre que j’ai re­çue ve­nait d’un homme qui m’a ra­con­té d’em­blée des choses très in­times et qui évo­quait sa vie sans rien édul­co­rer. On est en­tré dans un échange pro­fond qui avait beau­coup de sens. C’est très ro­man­tique comme mode de com­mu­ni­ca­tion. L’at­tente de la ré­ponse, la dé­cou­verte de l’écri­ture du cor­res­pon­dant... En li­sant une lettre, je sais que l’autre a pris du temps pour moi, et rien que pour moi. Et puis, ici, la ren­contre en vrai n’est pas le but pre­mier. On sait que ça vien­dra peut-être, plus tard, après plu­sieurs lettres, mais on crée une relation par écrit avant tout. Un truc vrai­ment au­then­tique.”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.