LE CÉ­LI­BAT SE LÈVE À L’EST

LES JEUNES JA­PO­NAIS NE SE­RAIENT PLUS TRÈS POR­TÉS SUR LE SEXE. IN­QUIÉ­TANT ?

Be - - TOUT DE SUITE - — AMAN­DINE GROSSE

Lo­ving news : le “sek­ku­su shi­nai sho­ko­gun” (ou “syn­drome du cé­li­bat”) touche la jeu­nesse ja­po­naise en plein coeur. Une en­quête pu­bliée dans le quo­ti­dien an­glais “The Guar­dian” montre que la gé­né­ra­tion Y nip­pone au­rait per­du tout in­té­rêt pour les re­la­tions amou­reuses et sexuelles. Lais­sons par­ler les chiffres : 61 % des hommes non ma­riés et 49 % des femmes âgées de 18 à 34 ans ne sont in­ves­tis dans au­cune his­toire amou­reuse. Un tiers des moins de 30 ans n’ont, par ailleurs, tou­jours pas connu de ren­dez-vous ga­lant. Last but not least, 45 % des Ja­po­naises de 16-24 ans avouent évi­ter tout contact sexuel. Mais qu’est-ce qui pousse ces jeunes à bla­ck­lis­ter l’amour ? Les re­la­tions de couple sont, se­lon eux, “trop com­pli­quées”, “source de troubles” et “in­com­pa­tibles avec une car­rière pro­fes­sion­nelle”. Ce “cé­li­bat boom” peut-il toucher les coeurs mal­me­nés des Fran­çais ? Si le nombre d’âmes so­li­taires s’élève ici à 16 mil­lions, le mar­ché des ren­contres amou­reuses ne s’est ja­mais aus­si bien por­té. La preuve qu’en France, le cé­li­bat est da­van­tage su­bi que choi­si. Même si “l’es­sor de l’in­di­vi­dua­lisme, de l’épa­nouis­se­ment per­son­nel et du bien-être à tout prix peut ame­ner à créer des êtres so­li­taires”, sou­ligne le so­cio­logue Jean-Claude Kauf­mann*. *Au­teur de “La Guerre des fesses” (éd. JC Lat­tès)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.