“Le fé­mi­nisme, ce n’est pas se mettre à poil de­vant une église !”

Be - - PHÉNOMÈNE -

MÉ­LO­DY, 25 ANS, ré­dac­trice de mode

“On est dans l’ère du fé­mi­nisme à condi­tions. Les mi­li­tantes qui ont la pa­role dans le dé­bat pu­blic dé­fendent les femmes à par­tir du mo­ment où elles rem­plissent cer­tains cri­tères : sont ex­clues les femmes voi­lées, les femmes qui aiment les mâles al­pha, les pros­ti­tuées... Ré­sul­tat, on parle tou­jours à la place des femmes et on les di­vise en consi­dé­rant qu’elles ne mé­ritent pas toutes d’être dé­fen­dues. Tout un pan de l’ac­tion fé­mi­niste reste in­vi­sible, pour­tant, si on leur lais­sait la pa­role, je suis sûre que beau­coup plus de femmes se sen­ti­raient concer­nées et n’au­raient plus peur de dire qu’elles sont fé­mi­nistes... Moi la pre­mière. Le pro­blème, c’est que si tu de­mandes à quel­qu’un au pif de te dire ce qu’est cet en­ga­ge­ment, il va te par­ler des Fe­men. Le fé­mi­nisme, ce n’est pas se mettre à poil de­vant une église ! Ce n’est pas re­pré­sen­ta­tif de ce que je vis au quo­ti­dien. On en est quand même ar­ri­vé à trou­ver que ce qui se fait de plus fé­mi­niste au­jourd’hui, c’est le nou­vel al­bum de Beyon­cé ! C’est dire à quel point on est pau­mé.”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.