Il n’y a pas de norme sexuelle

Be - - PHÉNOMÈNE -

Lé­gères, fan­tai­sistes, sur­pre­nantes ou sé­rieuses, les études sur le sexe et l’amour at­tisent la cu­rio­si­té. Mais peut-on quan­ti­fier notre sexua­li­té ? Une ap­proche à prendre avec des pin­cettes, se­lon la sexo­logue Ghis­laine Pa­ris : “Toutes les études qui concernent la sexua­li­té sont biai­sées car il existe un dé­ca­lage entre ce que les gens per­çoivent et ce qu’ils font réel­le­ment.” Et par­mi ces mon­tagnes de chiffres, cer­tains son­dages orien­tés et peu re­pré­sen­ta­tifs de la so­cié­té ont un re­ten­tis­se­ment mé­dia­tique in­adé­quat : “Il faut une in­ter­pré­ta­tion des ré­sul­tats, car ces chiffres vont dé­fi­nir une norme, qui elle-même sus­cite de l’an­xié­té et de la culpa­bi­li­té.” Soyons clair : il n’y a donc pas de norme sexuelle. Seule­ment du plai­sir mu­tuel.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.