NON

Be - - PHÉNOMÈNE -

“LES FILLES SONT DÉ­COM­PLEXÉES FACE AUX SEX-TOYS”

Les chiffres En 2010, si 58 % des femmes étaient prêtes à ache­ter un sex-toy, elles n’étaient que 22 % à en “consom­mer” 1. En 2013, 38 % des femmes ad­mettent en avoir dé­jà uti­li­sé (elles n’étaient que 7 % en 2007) 2. Alors ba­na­li­sa­tion ou simple ef­fet de mode ?

Car, à y re­gar­der de plus près, elles ne se­raient que 7 % à les uti­li­ser ré­gu­liè­re­ment.

Un achat lu­dique et puis s’en va ? L’étude note par ailleurs que l’uti­li­sa­tion des sex-toys concerne ma­jo­ri­tai­re­ment les femmes qui ont une vie sexuelle et sen­ti­men­tale plus sa­tis­fai­sante que la moyenne. Pour une femme sur deux, le sex-toy s’uti­lise et prend réel­le­ment sens dans le couple. Il ap­pa­raît comme un moyen de pi­men­ter leur vie sexuelle.

L’ana­lyse pro “Le sex-toy a été très mé­dia­ti­sé ces der­nières an­nées. Il y a eu un phé­no­mène de mode, rap­pelle Ghis­laine Pa­ris. Car l’in­fluence des mé­dias et des dis­cours so­cié­taux a un im­pact sur nos comportements. Ici, elle est plu­tôt po­si­tive car le sex-toy a per­mis aux femmes de prendre leur sexua­li­té en main et de mieux connaître leur ac­cès à l’or­gasme. En couple, il a ou­vert la voie aux jeux sexuels. Une fa­çon lu­dique de dia­lo­guer sur le fonc­tion­ne­ment de son corps. L’uti­li­sa­tion à deux va en re­vanche être plus fa­cile à ad­mettre qu’un usage so­li­taire. L’image de la femme se don­nant du plai­sir seule étant en­core dé­va­lo­ri­sante.” 1. Étude réa­li­sée par Ne­té­tudes pour le site sexy­prive.com 2. Étude “Les Fran­çaises et le mom­my porn”, Ifop, jan­vier 2013.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.